Accueil

GUIDE FNB - Les FNB deviennent l'actif sous-jacent d'autres types de placements.De plus en plus de fonds négociés en Bourse (FNB) font leur chemin comme actif sous-jacent de fonds communs de placement (FCP) ou de fonds distincts.Selon Investor Economics, de décembre 2013 à décembre 2016, l'actif en FCP qui investissent exclusivement en FNB est passé de 5,1 à 9,1 G $, bien que le nombre de produits de ce genre soit passé de 48 à 41.
Abolir les commissions intégrées et les frais d'acquisition reportés (FAR) risque de miner le recrutement et la venue de nouveaux conseillers dans l'industrie. C'est pourquoi les régulateurs devraient éviter d'en arriver là.
À la suite de négociations, il est possible de conclure une entente entre le personnel de l'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) pour régler une procédure ou une procédure envisagée contre une personne réglementée. Cette entente peut se faire en tout temps, avant la conclusion d'une audience disciplinaire.Dans une telle éventualité, l'OCRCVM avisera qu'une formation d'instruction procédera à une audience en vue de considérer si ladite formation devrait accepter l'entente intervenue entre le personnel de l'OCRCVM et la personne réglementée.
NOUVELLES DU MONDE – Donald Guloien, président et chef de la direction de Manuvie prendra sa retraite le 30 septembre. C’est Roy Gori, vice-président directeur principal et directeur général de la Division Asie de la société, qui le remplacera.
La Banque CIBC a annoncé jeudi un bénéfice net de 1,1 milliard de dollars (G$) ou 2,59 $ par action pour le deuxième trimestre, comparativement à 941 M$ ou 2,35 $ par action l'an dernier.
Sachez que ses revenus de promotion ou les autres sommes liées à ses performances seront dans le collimateur des agences fiscales.De nombreux Canadiens ont été scandalisés d'apprendre que nos athlètes qui ont brillamment défendu les couleurs du pays lors des derniers Jeux olympiques seront imposés sur les récompenses qu'ils ont reçues du Comité olympique canadien (20 000 $ pour une médaille d'or, 15 000 $ pour l'argent et 10 000 $ pour le bronze).
GUIDE FNB - Ils gagnent en popularité au pays.Les FNB à gestion active sont de moins en moins marginaux sur le marché canadien. De juin 2014 à juin 2016, la part de marché de ce type de FNB, exprimée en termes d'actif géré, est passée de 9,5 à 13,8 %, selon Investor Economics. Ainsi, durant cette période, l'actif sous gestion de ces FNB est passé de 6,6 à 14,2 G $, et le nombre de fonds offerts, de 70 à 130. On observe aussi cette croissance à la fin de 2016 et au début de 2017.L'an dernier, à titre d'exemple, Placements Mackenzie a lancé sur le marché une série de FNB à gestion active, suivis par des FNB à bêta judicieux (smart beta). First Asset et Vanguard ont aussi investi ce terrain avec des lancements de FNB gérés activement. De nouveaux acteurs se sont présentés également dans ce segment du marché, dont Hamilton Capital et Questrade. Harvest a converti sept fonds fermés en FNB actifs. Sphere and Wisdom Tree ont quant à eux inauguré leurs nouvelles séries de fonds judicieux, que certains assimilent dans l'industrie à la gestion active, alors que d'autres hésitent davantage à leur accoler cette étiquette. Bref, l'élan ne semble pas s'essouffler. En début d'année, c'était au tour de Dynamique et de BlackRock de saisir la balle au bond avec cinq FNB gérés activement.
DONNÉES SUR LE CLIENT - les investisseurs autonomes, c'est-à-dire ceux qui n'utilisent pas les services d'un conseiller en services financiers pour leurs investissements, ont moins tendance que l'ensemble des Canadiens à détenir une assurance de personnes, selon l'étude récente menée par Credo Consulting, de Mississauga, en Ontario. C'est le cas, même si les investisseurs autonomes considèrent que les soins des enfants, les soins de santé et les soins des aînés sont des questions financières importantes.«Les gens savent qu'ils devraient être assurés, mais souvent ils ne font rien à ce sujet, dit Sara Gilbert, fondatrice de Strategist(e) Développement des affaires, de Montréal. C'est là où le rôle du conseiller entre en jeu : aider les gens à comprendre l'importance de l'assurance et l'impact de l'absence d'une couverture d'assurance.»