Accueil

Les portefeuillistes voient un bon potentiel dans les titres bancaires, particulièrement au Canada et aux États-Unis.«Notre orientation est d'avoir en portefeuille la plus grande part de banques canadiennes possible, car elles ont été des placements formidables et continueront de l'être», affirme Doug Warwick, directeur général chez Gestion de placements TD.
PORTRAIT DE CONSEILLER - Michel-Olivier Marcoux, président de Gestion de patrimoine ASF, une firme qu’il a fondée en 2014 et qui est rattachée au courtier MICA, est tombé dans la marmite de la finance lorsqu’il était petit.
Depuis l’élection américaine du 7 novembre, l’optimisme règne sur les marchés boursiers. Mais plus l’on approche du moment où Donald Trump élira domicile à la Maison-Blanche, cet optimisme cache de plus en plus difficilement un certain inconfort chez de nombreux participants et observateurs des marchés. L’heure est-elle venue de tempérer les attentes et d’opter pour plus de prudence?
Alors que près de 75 % des contribuables ont déclaré un revenu en-deçà de 50 000 $ en 2013 au gouvernement du Québec, les Québécois les plus riches ont payé plus de 70 % des impôts totaux perçus, indique un rapport publié vendredi par la Chaire en fiscalité et en finances publiques.
Les conflits d'intérêt, les obligations liées à la connaissance des clients, les conseils automatisés en ligne ou encore les conseils financiers aux personnes âgées figurent parmi les principales priorités en matière de surveillance établies par l'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) pour 2017.
Les polices d'assurance de personnes sont subtiles, et la standardisation aiderait à s'y retrouver, affirment des conseillers en sécurité financière joints lors du sondage «Baromètre 2016 de l'assurance» de Finance et Investissement, effectué au printemps dernier. «D'une année à l'autre, les produits deviennent de plus en plus sophistiqués. Ce qui fait qu'il est plus difficile de se tenir à jour par rapport aux produits, à la fiscalité et à la conformité», dit l'un des conseillers interrogés.Certains invoquent la standardisation comme solution, un peu à l'image des avenants en assurance automobile, qui sont uniformisés d'un assureur à l'autre.
Même si les investisseurs sont au courant qu'ils payent des frais aux conseillers, près de la moitié ignorent la somme que ça représente, selon un sondage effectué par le Forum Angus Reid et commandité par Fonds d'investissement Tangerine.
NOUVELLES DU MONDE - La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) nomme Kim Thomassin comme vice-présidente aux affaires juridiques et secrétariat.
Depuis le début de 2016, des publicités de fonds communs présentant le rendement de leur série F paraissent dans certains quotidiens anglophones. Cette présentation suscite les critiques de certains observateurs. Cependant, c'est un terrain où d'autres ne sont pas prêts à les suivre.Le problème tient à la présentation de la performance de fonds de série F pour les comptes à honoraires (fee-based) dont les rendements annoncés ne tiennent pas compte des frais de courtage qui y sont inévitablement rattachés, selon Dan Hallett, vice-président et associé, gestion d'actif, chez HighView Financial Group. Il fait référence à des publicités de sociétés de fonds, dont Fidelity, publiées notamment dans les pages du quotidien Globe and Mail.