Accueil

Il est fréquent qu'un conseiller fasse affaire avec un nombre restreint d'émetteurs de produits financiers, mais le conseiller en sécurité financière Robert Denis porte cette pratique à un extrême. Il loge à une seule enseigne : SSQ Assurance.«Chez les grands manufacturiers de fonds, on trouve habituellement deux ou trois fonds vedettes, alors que les autres sont moyens», explique le fondateur et associé de Gestion C.R.D. et associés, qui porte les titres de planificateur financier et de représentant en assurance de personnes. «Mais SSQ présente une cinquantaine de fonds d'une gamme de grands gestionnaires comme Fiera Capital, BlackRock, Guardian dans toutes les grandes catégories (actions canadiennes, internationales, secteurs spécialisés, etc.) Elle y fait une présélection de façon à n'offrir que des leaders.»
Le taux prescrit passera à 2 % à compter du 1er avril 2018, prévoit le Centre québécois de formation en fiscalité (CQFF).
L’Agence du Revenu Canada (ARC) continue de lutter contre l’évasion fiscale. En une semaine, elle a accueilli favorablement les recommandations du Comité consultatif sur l’observation à l’étranger (CCOE) concernant l’analyse des mégadonnées et a exécuté trois mandats de perquisition dans le cadre d’une enquête criminelle sur l'évasion fiscale à l'étranger.
Plusieurs baby-boomers canadiens vont devoir se serrer la ceinture une fois qu’ils auront quitté le marché du travail, selon un sondage national de la Financière Sun Life.
PLANÈTE FINANCE – Encore sous le choc suite à la fusillade qui a fait 17 morts dans une école secondaire de la Floride la semaine dernière, les enseignants de l’état seront peut-être surpris d’apprendre que leur régime de retraite investit dans l’entreprise qui a fabriqué l’arme utilisée par le tireur.
Depuis la crise financière, on observe dans les marchés obligataires deux tendances chez les grands courtiers : leur plus grande réticence à détenir des inventaires de titres et leur intervention plus fréquente à titre de mandataires plutôt que de contrepartistes. Cela crée des contraintes nouvelles pour les participants du marché et pourrait peut-être accroître l'assèchement de liquidités en période de crise.En général, un courtier agit à titre de contrepartiste dans une transaction : il achète et vend pour son propre compte des titres qu'il tient en inventaire. À titre de mandataire, il n'achète ni ne vend rien, et s'occupe seulement d'apparier acheteurs et vendeurs moyennant une commission.
WEBINAIRE GRATUIT - Les journalistes de Finance et Investissement seront à Ottawa pour la présentation du budget fédéral du ministre des Finances du Canada, Bill Morneau, le 27 février prochain.
À l’heure où plusieurs articles du projet de loi 141 inquiètent les associations de défense des consommateurs, les courtiers d’assurances et les conseillers en services financiers, la question du traitement des plaintes des clients qui s’estimeraient lésés demeure un enjeu important.
«Moi, je suis à l'aise dans l'inconfort. Si certains trouvent ça désagréable, pour ma part, dès que je suis à l'aise, je n'ai plus de fun», lance Stéphane Rochon, président et chef de la direction d'Humania Assurance.Par exemple, lorsqu'il a été approché afin de succéder à Richard Gagnon à la tête d'Humania, Stéphane Rochon a rapidement annoncé ses couleurs. «Si vous voulez continuer "petit train va loin", ce qui est une stratégie très légitime, je ne suis pas la bonne personne. Cependant, si vous voulez regarder vers l'avenir, c'est-à-dire procéder à la numérisation complète de l'organisation, je vais être votre gars. Sachez toutefois que lorsque l'on parle de numérisation, c'est du risque, du changement de compétences, de la restructuration interne. Bref, c'est complètement autre chose.»
Finance et Investissement est fier de vous présenter « Des personnalités de l'industrie conseillent la relève », un livre blanc qui recueille les meilleures entrevues réalisées avec des grands de l'industrie financière dans lesquelles ils (et elles) donnent leurs meilleurs conseils à ceux qui débutent dans l'industrie.