«Je suis un passionné de la finance», lance Michel-Olivier Marcoux, président de Gestion de patrimoine ASF, une firme rattachée à MICA Capital pour son volet épargne collective.

Fondée en 2014, Gestion de patrimoine ASF est composée de trois conseillers dont la pratique se distingue par le fait qu'ils bâtissent des portefeuilles personnalisés pour chacun de leurs clients.


«C'est en prenant le temps de bien comprendre nos clients pour les conseiller adéquatement que l'on peut enregistrer une bonne croissance dans notre pratique à long terme, dit Michel-Olivier Marcoux. C'est une approche qui peut sembler difficile, car elle ne privilégie pas la vente, et il faut travailler fort, mais c'est une façon de se différencier qui garde le client heureux.»

Cette approche rapporte, puisqu'elle a permis de faire croître le nombre de clients de Gestion de patrimoine ASF de 20 % au cours des deux dernières années. Durant cette période, son actif sous administration a aussi augmenté de 20 %. «Ce qui est intéressant dans cette croissance, c'est la grande qualité de ces nouveaux clients.» Il s'agit pour la majorité d'entrepreneurs d'expérience et de jeunes professionnels.

Michel-Olivier Marcoux n'a que 28 ans et s'est classé au sein du top 40 des meilleurs conseillers de MICA, sur plus de 175 représentants, au cours des trois dernières années.

Inspiré par le célèbre investisseur Warren Buffett, Michel-Olivier Marcoux estime que l'approche de type «valeur» a un potentiel plus intéressant dans le temps que celle de type «momentum». Il préfère miser sur des solutions prudentes, mais qui ont fait leurs preuves, «même si ces solutions seront peut-être un peu moins performantes au cours de certaines périodes.»

Immersion américaine

Michel-Olivier Marcoux, qui a été un joueur de tennis d'élite, a bénéficié de bourses d'études afin d'étudier aux États-Unis. «J'ai joué pendant quatre ans, dont une période en division 1, qui est un niveau menant chez les professionnels», raconte-t-il.

Michel-Olivier Marcoux est diplômé en administration des affaires de l'University of Sioux Falls, au Dakota du Sud, et détenteur d'une maîtrise en finance de Villanova University, en Pennsylvanie. Ces études lui ont non seulement valu une immersion en milieu anglophone, mais aussi l'occasion de fréquenter des écoles dotées d'un excellent programme en finance. «En maîtrise, nous gérions deux fonds de 100 000 $ chacun avec du vrai argent. Nous achetions réellement des actions et des FNB, alors c'était loin d'être seulement théorique.»

Michel-Olivier Marcoux a fait un stage chez Gestion de portefeuille Natcan durant ses études et, une fois ses diplômes obtenus, il s'est établi au Québec. Il a d'abord obtenu son titre de représentant en épargne collective et a travaillé chez Mérici Services Financiers de 2011 à 2014. Il a ensuite rejoint MICA Capital et, depuis, a obtenu son titre de conseiller en sécurité financière «afin d'offrir un service encore plus complet à mes clients».

Il n'a d'ailleurs jamais cessé d'étudier et d'apprendre. «Au cours des deux dernières années, j'ai cumulé près de 60 heures de formation continue, alors que je n'avais besoin que de 35 heures pour respecter les normes de la Chambre de la sécurité financière.»

Éduquer l'investisseur

Michel-Olivier Marcoux se désole de constater la difficulté que rencontrent un grand nombre de personnes à épargner pour leur retraite. Selon lui, cette situation s'explique par le manque d'éducation financière d'une grande partie de la population.

«Les gens sortent de l'école et ne savent pas quoi faire avec leur argent. Ils ne comprennent pas le crédit et sont vulnérables. D'autant plus qu'avec la technologie, il est maintenant facile d'acheter des actions en ligne. Si le réflexe est intéressant, les gens ne sont pas conscients que cela nécessite un travail de recherche sérieux. Ils sont donc susceptibles de faire des erreurs coûteuses», affirme-t-il.

Ce constat explique en grande partie pourquoi Michel-Olivier Marcoux a choisi de faire sa marque par l'intermédiaire de la communication. Un choix qui a plu au jury du Concours 2018 - Les conseillers à l'honneur!

Après avoir publié, en octobre 2016, son premier livre intitulé Investir dans lequel il vulgarise notamment les différents instruments d'investissement disponibles au Québec, Michel-Olivier Marcoux a été chroniqueur affaires et économie dans le cadre d'une émission hebdomadaire télédiffusée au cours de la dernière saison par Télévision Rive-Sud, affiliée à MAtv. Il multiplie aussi les collaborations à titre d'expert auprès de médias écrits, en plus d'alimenter un blogue consacré à la finance personnelle. Il prévoit rédiger un deuxième ouvrage, dont la publication est prévue pour le début de 2019.

Gino-Sébastian Savard, président de MICA Services financiers, appuie la candidature de Michel-Olivier Marcoux : «Son CV est sans équivoque !»

Michel-Olivier Marcoux inspire même d'autres conseillers, dont Charles-Antoine Faubert, qui appuie sa candidature : «Je suis un conseiller de 22 ans et Michel-Olivier est un exemple à suivre pour moi mais aussi pour tous les autres novices du métier, que ce soit pour la qualité de son travail, pour ses connaissances en finance ou pour son dévouement envers ses clients.»

«J'ai toujours voulu aider mon entourage, mais je n'ai pas l'étoffe d'un travailleur social. Par contre, j'ai la finance dans mon ADN, alors l'une des choses qui me rend le plus fier au quotidien, c'est de contribuer à aider les gens à réaliser leurs projets de vie», indique Michel-Olivier Marcoux.

Ce dernier a par ailleurs apporté un soutien financier et consacré du temps à différentes causes, dont la Société canadienne du cancer, la Fondation du cancer de la vessie et la Fondation Noël au printemps, qui aide les familles des enfants malades.