zimmytws/123.RF Banque d'images

Lors d'un divorce, le conseiller peut rappeler aux conjoints les démarches à suivre et les spécialistes à voir pour que ce processus difficile se déroule aussi bien que possible.



Le divorce implique automatiquement la notion de patrimoine familial, et surtout de son partage. La valeur de ce qui a été accumulé pendant la durée de l'union doit être séparée en parts égales entre les ex-conjoints.

« Attention! Le partage du patrimoine familial ne confère pas aux conjoints le droit de propriété sur les biens, mais plutôt un droit de créance, » indique Sophie Sylvain, planificatrice financière, gestion de patrimoine chez Mouvement Desjardins. Le réel partage se fait en prenant un arrangement entre les conjoints.

« Souvent, c'est une notion qui est mal comprise par les clients, ajoute-t-elle. C'est le rôle du planificateur financier d'expliquer et de démontrer que tout n'a pas à être vendu pour que les produits nets des ventes soient divisés en deux. Il faut évaluer la valeur de chaque chose. »

Pour sa part, André Lacasse, planificateur financier et directeur associé du Centre financier de la Montérégie, suggère de faire affaires avec un médiateur, qui lui pourra expliquer ce qui entre et n'entre pas dans le patrimoine familial. « En plus d'éviter la cour et de payer les frais d'avocat, le gouvernement subventionne cinq heures de médiation lorsque le couple qui se sépare a un ou des enfants » explique-t-il. Le médiateur est formé comme un avocat et permet une entente à l'amiable entre les deux parties.

Le changement de bénéficiaire pour une protection optimale

Il est très important de revoir ses protections en matière d'assurances et de refaire l'analyse de besoins. « Le divorce rend caduque la désignation de bénéficiaire, donc la rencontre avec le conseiller en sécurité financière doit constituer une des premières étapes du divorce, » soutient André Lacasse.

Même chose pour le régime d'assurances collectives offert par l'employeur. « Les conjoints choisissent souvent le régime qui leur convient mieux auprès d'un seul des employeurs. Lors du divorce, le conjoint bénéficiaire n'est plus assuré et doit donc adhérer au régime de son employeur, » souligne Sophie Sylvain.

Votre client se doit aussi de visiter le notaire pour changer les bénéficiaires identifiés dans son testament, ainsi que de modifier le mandat de protection.

Débalancement incontournable du budget

Avec le divorce, les revenus sont coupés en deux et les dépenses ne sont plus les mêmes. Lors de sa rencontre avec son client, le planificateur financier peut aider celui-ci à rééquilibrer le ratio des dépenses et des revenus.

Le partage à parts égales des REER et investissements chamboule aussi la planification de sa retraite. « On se voit diminuer de moitié les sommes accumulées, dit Sophie Sylvain. Le planificateur financier doit prendre un bon moment pour voir de quelle façon on va adapter tout ça pour maintenir les objectifs qui ont déjà été fixés. »