Assurances
Les régulateurs, dont l'Autorité des marchés financiers (AMF), doivent faire attention avant de tirer des conclusions hâtives relatives aux incitatifs en assurance de personnes et les interdire trop rapidement, estime l'Association canadienne des compagnies d'assurances de personnes (ACCAP).
Le gouvernement du Québec dévoile la manière dont il entend restreindre les cessions de polices d'assurance à des fins viatiques, aussi connues sous le nom « viatical and life settlements », dans le projet de loi 150, déposé la semaine dernière à l'Assemblée nationale.
L'assureur UV Mutuelle de Drummondville lance deux produits et modifie ses exigences en matière de tarification sur les produits d'assurance permanents dans l’objectif de consolider sa position dans ce marché.
En observant les tendances du marché de l'assurance collective au Québec illustrées dans le «Rapport annuel sur les institutions financières 2016» de l'Autorité des marchés financiers (AMF), un constat s'impose : les meneurs sont pour la plupart québécois et essentiellement les mêmes depuis cinq ans. De plus, leurs parts de marché demeurent assez stables.Le rapport indique qu'au 31 décembre 2016, quelque 92 assureurs sont autorisés à exercer au Québec. De ce nombre, 46 sont régis par une charte canadienne ou d'une autre province.
Après des bénéfices nets en baisse de 2,1 G$ en 2015, les assureurs faisant des affaires au Québec ont comblé le manque à gagner et dégagé des bénéfices totaux de 2,3 G$ l'année dernière, pour atteindre près de 14 G$, selon les données du «Rapport annuel sur les institutions financières 2016» de l'Autorité des marchés financiers (AMF).L'AMF soutient que la hausse des taux de rendement des obligations du Canada 30 ans a été profitable aux assureurs de personnes. Après un creux à 2,15 % en 2015, ces taux ont augmenté à 2,31 % en 2016.
Le secteur de l'assurance n’est pas à l'abri des conflits d'intérêts. Certains représentants pourraient en effet être tentés de faire passer leur intérêt avant celui du client et conseiller un produit d'assurance qui ne convient pas au besoin réel du client.
Les assureurs de personnes doivent composer avec différents risques. En voici quatre exposés dans le « Rapport sur les institutions financières » de l'Autorité des marchés financiers (AMF) de 2016.
Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d'assurance (CCRRA) entend travailler en collaboration avec les organismes de règlementation partenaires afin d'accroître la capacité règlementaire au pays et d'en tirer profit, prévoit son plan stratégique 2017-2020.
La façon dont les représentants en assurance de personnes sont payés risque d'être bouleversée prochainement. Alors que l'Autorité des marchés financiers (AMF) scrutera leurs régimes d'incitatifs et leur rémunération, l'Association canadienne des compagnies d'assurances de personnes (ACCAP) travaille sur la gestion des incitatifs aux représentants.