jirsak / 123RF Banque d'images

La façon dont les représentants en assurance de personnes sont payés risque d'être bouleversée prochainement. Alors que l'Autorité des marchés financiers (AMF) scrutera leurs régimes d'incitatifs et leur rémunération, l'Association canadienne des compagnies d'assurances de personnes (ACCAP) travaille sur la gestion des incitatifs aux représentants.



« On se dit : ‘‘ Si nous on fait rien, les régulateurs vont nous imposer quelque chose.'' On est en train de faire des travaux sur ces questions », a expliqué Lyne Duhaime, présidente de l'ACCAP‑Québec, en entrevue avec Finance et Investissement.

Selon elle, l'industrie de l'assurance de personne ne pourra pas éviter deux tendances internationales : la transparence et la gestion des incitatifs.

« Il faut être transparent et faire la gestion des incitatifs pour éviter le plus de conflits d'intérêts possible », note-t-elle. L'ACCAP collaborera avec les autorités réglementaires dans cette révision des modes de rémunération.

Lyne Duhaime n'a pas précisé quelle forme de rémunération serait touchée. Toutefois, le leadership de l'ACCAP risque de peser lourd dans la balance, une fois que l'association aura rendu publiques ses réformes. Après que les autorités règlementaires aient souligné les travers des concours de vente en assurance, l'ACCAP s'est dite en faveur du retrait des concours de vente en 2016. Cette position a soulevé une vague d'annulation des concours de vente chez les principaux assureurs. Certains assureurs continuent d'en offrir, mais ils ne sont pas majoritaires dans le marché.

Chose certaine, l'ACCAP prônera que tout changement réglementaire se fasse avec une période de transition, précise Lyne Duhaime : « Oui on est favorable au changement, si la conséquence n'est pas de fragiliser son réseau d'assurance. On ne peut pas tout changer du jour au lendemain. »

Fonds distincts en voie de transformation

Les premiers types de contrats pour lesquels la rémunération devrait changer sont les fonds distincts, a dit Peter McCarthy, président et chef de la direction de BMO Assurance, à l'occasion du 20e congrès national du Groupe financier PEAK, à Montréal, mercredi.

Selon lui, l'encadrement des fonds communs pourrait migrer à celui des fonds distincts. « Il ne faut pas être naïf : ces règles vont ultimement toucher les fonds distincts, mais l'impact ne sera pas immédiat », a-t-il dit.

Une fois cette migration faite, l'encadrement de la rémunération pourrait toucher par la suite la distribution de produits d'assurance vie et invalidité, selon lui.

Il estime aussi que la transparence est une tendance et que les commissions nivelées pourraient devenir davantage la norme que l'exception pour différentes raisons, dont l'éventuelle implantation des normes internationales d'informations financières (IFRS).