Développement des affaires
C'est depuis le 14 mars 1957 qu'il est possible de cotiser à un REER en vue d'accumuler des fonds pour financer notre retraite. À l'époque, il était permis de cotiser dans une rente de retraite enregistrée 10 % du revenu de l'année pour un maximum de 2 500 $ et, à défaut de cotiser, les droits étaient perdus. Force est de constater que depuis sa création, le REER a fait du chemin...Considéré comme l'un des rares abris fiscaux, le REER a gagné en popularité auprès des épargnants, mais il faut faire attention et bien en comprendre les limites.
Le complément de garantie est un élément clé des fonds distincts. Les titulaires de contrats apprécient la quiétude d'esprit que la garantie à l'échéance procure, puisqu'ils sont ainsi prémunis contre les pertes sur leurs placements à l'échéance (10 ans) ou au décès. À la date d'échéance, si la valeur marchande du placement dans un fonds distinct est inferieure a la garantie a l'échéance, le client reçoit alors un complément de garantie. Or, ce complément est considéré comme un gain en capital et la réalisation de ce gain peut en étonner plusieurs, puisqu'elle ne fait que compenser une perte en général. Des stratégies existent afin d'éviter cet inconvénient.
En planification successorale, tout doit se tenir. Même un testament rédigé avec précaution par un expert peut causer des ennuis financiers et même fiscaux au moment du décès de son testateur. Une modification à la situation familiale, un changement de produit de placement tout comme un changement de loi peuvent donner des résultats non prévus. D'où l'importance de relire et de réviser ce document légal périodiquement. Voici quelques exemples.Legs des CRI et fonds de pensionMalgré la rédaction d'un testament, le legs des REER immobilisés (CRI) ou d'un fonds de pension aux enfants pourrait bien être compromis en présence d'un nouveau conjoint de fait. C'est que la Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension (fédérale) donne priorité à un conjoint de fait après seulement une année de vie commune. En présence d'un fonds de pension sous législation provinciale, la Loi sur les régimes complémentaires de retraite donne priorité au nouveau conjoint de fait après trois années de vie commune, ou après une année s'il y a naissance d'un enfant. Si le conjoint ne renonce pas à sa part, le legs prévu au testament n'aurait pas lieu.
Les conseillers en sécurité financière se souviendront de l'année 2016. En effet, devant l'entrée en vigueur imminente des nouvelles règles fiscales régissant l'assurance vie, c'était la course à la transformation et à la souscription de nouveaux contrats afin de conserver les droits acquis sur des protections établies avant le 1er janvier 2017. En 2017 et au cours des années subséquentes, le rôle des conseillers sera désormais de prêter une attention particulière aux modifications des contrats pouvant compromettre ces droits acquis.Comme mentionné précédemment, les contrats d'assurance vie établis depuis le 1er janvier 2017 sont soumis à de nouvelles règles fiscales. Ces dernières ont eu pour effet, entre autres, de réduire les sommes pouvant être accumulées de façon fiscalement avantageuse dans les contrats d'assurance vie exonérés, et ce, principalement pour l'assurance vie universelle à coût uniforme.
Quelle que soit la motivation derrière la volonté philanthropique de votre client, une stratégie bien structurée pourrait générer certains avantages sur le plan fiscal, par exemple une économie d'impôt.Au fédéral, le crédit d'impôt pour don de bienfaisance sur les montants admissibles des dons peut s'élever jusqu'à 75 % du revenu net de l'année. Il s'agit d'un crédit d'impôt non remboursable qui peut seulement être utilisé pour réduire l'impôt à payer du client.
FI RELÈVE - Pour accroître la valeur ajoutée qu'un conseiller amène à son client et développer une offre plus personnalisée, les représentants de demain devraient profiter des dernières avancées technologiques. Et continuer de miser sur la qualité de leurs services.
EN DIRECT DE L'IQPF - Connaître son client, c'est nécessaire, mais se connaître soi-même est aussi un atout pour tout professionnel des services financiers, selon Claire Landry, psychologue organisationnelle et formatrice lors du congrès annuel de l'Institut québécois de planification financière (IQPF).
Les planificateurs financiers doivent préparer leurs entreprises pour un déluge de changements découlant d'une « véritable tempête parfaite », selon Cary List, président et chef de la direction du Financial Planning Standards Council (FPSC), conférencier à l'occasion de la conférence annuelle de l'Institut canadien de planification financière à Ottawa, mardi.
Les conseillers devraient être davantage attentifs aux dispositifs et aux réseaux qu'ils utilisent pour accéder à leurs données sensibles, mettent en garde des experts lors de la conférence annuelle du CIFP.
FI RELÈVE – Aujourd'hui gestionnaire de portefeuille chez BMO Nesbitt Burns, Johanne Claveau a commencé sa carrière dans l'industrie de la finance en 1997, comme conseillère en placement chez RBC Dominion.
FI RELÈVE – Administrateur agréé et conseiller en services financiers, Gaétan Veillette œuvre chez Groupe Investors depuis 27 ans. Avant d'embrasser une carrière en finance, il travaillait comme formateur professionnel auprès de la firme Perform.
FI RELÈVE – Il ne faut pas se fier sur ses amis ou ses parents lorsque l'on se questionne sur sa carrière, selon un sondage d'Accountemps. Près du trois quarts des travailleurs canadiens affirment avoir reçu de mauvais conseils de carrière, d'après leur analyse.
FI RELÈVE – Une entrevue avec un journaliste peut s'avérer déconcertante, même pour les plus bavards des conseillers. Mais avec une préparation adéquate, un entretien médiatique peut devenir une excellente occasion pour un conseiller de faire valoir son expertise, tout en lui permettant de diffuser des informations utiles et pertinentes.