Pour dénicher les futures stars de Wall Street, Goldman Sachs se tourne vers les tests de personnalité.



À une ère où il est plus cool, moins fatigant et parfois plus payant de travailler pour une start-up de la Silicon Valley, les grandes banques d'affaires américaines doivent faire appel à des méthodes non traditionnelles pour recruter les meilleurs talents.

Exit le curriculum, place au test de personnalité.

Ce test permettra au groupe évalué à 89G$US en Bourse de comparer les personnalités des candidats à ses employés actuels reconnus comme des modèles en matière de travail d'équipe, de jugement et de réflexion analytique, a expliqué un cadre à Reuters.

Ces tests ne remplaceront toutefois pas les entretiens d'embauche en personne. Mais ils visent à mieux saisir les informations cruciales qui permettent de recruter la crème des candidats. Ce n'est pas le seul moyen non-conventionnel employé par la banque pour dénicher ses nouveaux as de la finance.

L'an dernier, l'entreprise new-yorkaise a aussi fait appel à des vidéos d'entretien sur les campus américains au détriment d'entrevues en personne auprès de candidats qui ne se destinaient pas à étudier dans les prestigieuses universités de la Yvy League (Harvard, Princeton, Yale, etc.).