solerf / 123RF Banque d'images

Les planificateurs financiers doivent préparer leurs entreprises pour un déluge de changements découlant d'une « véritable tempête parfaite », selon Cary List, président et chef de la direction du Financial Planning Standards Council (FPSC), conférencier à l'occasion de la conférence annuelle de l'Institut canadien de planification financière à Ottawa, mardi.



Parmi les principaux défis que les pl. fin doivent affronter figurent la compression des marges bénéficiaires, les attentes croissantes des clients pour la communication instantanée et le fait que les produits financiers sont de plus en plus assimilés à des commodités. Toutefois, les deux plus importants défis, selon Cary List, sont des changements réglementaires et technologiques.

Les planificateurs financiers ont réussi à composer avec l'entrée en vigueur de la deuxième phase du Modèle de relation client-conseiller (MRCC 2), a-t-il noté, en raison des services à valeur ajoutée qu'ils fournissent à leurs clients. De plus, la mise en place possible de la norme d'agir au meilleur des intérêts du client pourrait s'avérer être un changement positif pour les planificateurs financiers, car ils sont tenus à une norme similaire.

Cependant, l'incertitude actuelle entourant la réglementation qui touche la planification financière et le conseil financier a ennuagé le ciel des planificateurs financiers ainsi que celui de tout le secteur des services financiers.

« Cela crée beaucoup de stress et d'incertitude de tous les côtés: l'industrie, les firmes, les avocats, les organismes comme le FPSC, et les associations » de l'industrie, a-t-il dit.

La techno, une alliée

De plus, les changements technologiques, en particulier l'arrivée de plateformes conseillers-robots, entraînent aussi des changements importants dans le secteur des services financiers et dans la façon dont les conseillers travaillent. Par exemple, les conseillers dont la proposition de valeur s'est concentrée sur le choix des meilleurs fonds communs de placement ou des meilleurs produits d'assurance peuvent, en fait, se retrouver à risque de perdre des clients au profit des conseillers-robots.

Pour résister à la tempête à venir, les planificateurs financiers devront se concentrer encore davantage sur l'offre de planification financière holistique aux clients. Ils devront fournir du conseil financier à dimension humaine tout en renforçant leurs connaissances et leurs compétences dans des domaines pour lesquels la technologie ne peut pas les supplanter, d'après Cary List.

« Nous allons tous devoir redéfinir ce que signifie être un professionnel de la planification financière ou un autre professionnel dans le secteur des services financiers », a-t-il déclaré.

Par exemple, les planificateurs financiers devront probablement devenir des spécialistes dans certains aspects de la planification financière et approfondir avec les clients leurs rapports aux questions financières d'une manière qui dépasseraient les capacités de quelconque technologie, a expliqué Cary List.

Il reste que, même si la technologie est un élément perturbateur, celle-ci n'est pas nécessairement toujours une concurrente. En fait, les planificateurs financiers devront adopter certaines formes de technologies pour les aider à travailler avec les clients, a noté Cary List. Par exemple, la technologie peut aider les planificateurs financiers à présenter des idées et des rapports aux clients à faible coût et à fournir des solutions plus personnalisées.

En outre, les dimensions humaines de la planification financière - comme les compétences en communication, la compréhension de la finance comportementale, la capacité à nouer des relations avec les clients et l'empathie - sont tous des facteurs de différenciation qui aideront les conseillers à affronter la tempête.