Industrie
Pour René Rouleau, président du conseil d’administration et chef de la direction sortant de La Capitale, le legs découlant de son passage de huit ans à la tête de la mutuelle se rapporte largement au développement humain, et ce, bien avant les chiffres.
« Notre principal succès en 2015 fut de progresser dans l'atteinte de nos objectifs stratégiques, malgré l'environnement instable dans lequel nous évoluons présentement » mentionne Richard Gagnon, président et chef de la direction d'Humania Assurance.
La Banque RBC n'a rien fait d’illégal en créant plus de 370 sociétés au Panama, défend son pdg David McKay. Le banquier a tenté de rassurer les actionnaires inquiets de l'impact de la fuite des «Panama Papers» sur la réputation de la première institution financière du pays.
Fiera Capital s’associe à Bedrock Asset Management, un gestionnaire de patrimoine européen pour lancer un fonds d’actions mondiales axé sur les positions acheteurs.
Francis Sabourin, directeur, Gestion de patrimoine et gestionnaire de portefeuille chez Richardson GMP nous explique ce qu’est la gestion discrétionnaire ainsi qu’à quel type de client ça s’adresse.
Une coalition internationale d'organisations de presse a publié, dimanche, ce qu'elle a présenté comme le résultat d'une enquête approfondie sur les transactions réalisées par des gens riches et célèbres dans des paradis fiscaux basée sur une grande quantité de documents fournis par une source anonyme.
Le chef de la direction de la Banque TD a renouvelé jeudi ses appels en faveur de nouvelles règles pour encadrer le secteur des technologies financières, faisant valoir que les brèches de sécurité et les problèmes de solvabilité d'un certain nombre de jeunes entreprises représentaient un risque pour les consommateurs.
Le dernier budget de québec prévoit des allègements pour certains clients entrepreneurs, dont la réduction des taxes sur la masse salariale et l'assouplissement de la déduction pour petite entreprise.Ainsi, Québec prévoit une réduction accélérée de la cotisation au Fonds des services de santé (FSS) à compter du 1er janvier 2017. D'ici 2021, le taux de cotisation au FSS applicable aux entreprises dont la masse salariale est inférieure à 1 M$ passera de 1,60 % à 1,45 % pour les secteurs primaire et manufacturier et de 2,7 % à 2,0 % pour les secteurs des services et de la construction.
Croître à un rythme annuel de 10 % dans une économie qui progresse de 2 % seulement, voilà le défi qui oblige les assureurs dont le siège social est situé à Québec et à Lévis à poursuivre leur développement à l'extérieur de la province.Ce constat s'impose de lui-même, selon Yvon Charest, président et chef de la direction d'iA Groupe financier, qui rappelle que sa société a été la première, en 1982, à courtiser des clientèles hors Québec, où elle mène maintenant 60 % de ses activités.
«Des consultations existent, mais l'Autorité des marchés financiers (AMF) n'écoute pas l'industrie. C'est un dialogue de sourds.»Tel est le commentaire d'un répondant au Pointage des régulateurs.En avril, lisez la suite de ce dossier exclusif sur finance-investissement.com et découvrez, entre autres, ce que l'industrie pense de ses relations avec les différents organismes de réglementation.
À la fin de février, l'organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) a mis à jour ses priorités matière de conformité. Le document, qui s'attire les éloges de deux commentateurs, se veut un retour à la base en cette époque où le Modèle de relation client-conseiller (MRCC 2) et l'avancée des nouvelles technologies chambardent les pratiques.«Auparavant, on incluait ce document de priorités dans le rapport consolidé sur la conformité», rappelle Antonietta Melchiorre, avocate associée chez Lapointe Rosenstein Marchand Melançon, à Montréal. Je vois d'un très bon oeil qu'ils en aient fait un rapport autonome. Avant, on se perdait dans une foule de pistes. À présent, le contenu est très succinct, il s'en tient à moins de priorités, ce qui le rend plus crédible.»
Il y a encore beaucoup d'occasions favorables à saisir pour les conseillers, malgré l'émergence d'outils technologiques comme les plateformes de conseil numérique - les robots-conseillers -, affirment deux expertes de l'industrie.En effet, il y a des limites à ce qu'un individu peut faire par lui-même, croient Renée Laflamme, vice-présidente exécutive, solutions d'assurances et d'épargne collectives, de iA Groupe financier (Industrielle Alliance), et Monique Gravel, directrice générale et chef de CIBC Wood Gundy.
Le gouvernement du Québec entend réformer l'encadrement du système financier, ce qui pourrait mener l'Autorité des marchés financiers (AMF) à absorber la Chambre de la sécurité financière (CSF).Selon le plan budgétaire du Québec, le ministère des Finances modifiera la Loi sur la distribution de produits et services financiers (LDPSF) faisant en sorte «que tous les outils seront mis à la disposition de l'AMF pour qu'elle intervienne plus rapidement auprès des cabinets et des représentants fautifs».
Mary Hagerman, conseillère en placement chez Valeurs mobilières Desjardins, diversifie la portion de revenu fixe des portefeuilles de ses clients dans, notamment, des obligations corporatives, des obligations gouvernementales, des produits de revenus élevés américains et dans la dette non subordonnées.
CONGRÈS DE L'IQPF - « Nous voulons être la référence en planification financière, au Québec et au Canada », souligne Nathalie Bachand, présidente du conseil d'administration de l'Institut québécois de planification financière (IQPF). Bilan d'une année sous le signe de la collaboration entre l'IQPF et ses homologues canadiens.