Nouvelles
La troisième révolution industrielle est en marche et les services financiers traditionnels n’y échapperont pas. Le big data aidera l’industrie à se transformer et à répondre aux nouveaux besoins des utilisateurs, selon Vamsi Chemitiganti, directeur général pour les services financiers chez Hortonworks.
La gestion du risque est une priorité absolue pour Alan Wicks, gestionnaire de portefeuille pour le Fonds à revenu mensuel élevé Manuvie. Et il n'est pas satisfait de mesurer le rendement de ce fonds par rapport aux indices boursiers ou à son groupe de pairs, la catégorie Équilibrés canadiens neutres. « Quand nous parlons de risque, dit M. Wicks, ce n'est pas par rapport à un indice de référence. Nous essayons de générer des rendements absolus positifs. »
NOUVELLES DU MONDE – W. Edmund Clark, ancien président-directeur général, Groupe Banque TD et Gordon M. Nixon, ancien président, chef de la direction et administrateur, RBC, figurent au nombre des cinq personnes qui seront nommées Compagnons de l'Ordre du Temple de la renommée de l'entreprise canadienne.
La Corporation Financière Power a annoncé jeudi un bénéfice d'exploitation attribuable aux détenteurs d'actions ordinaires à 476 M$, ou 0,67 $ par action pour le trimestre clos le 31 mars 2016, comparativement à 565 M$, ou 0,79 $ par action, en 2015.
Pour la présidente de CFA Montréal, Sophie Palmer, les grands joueurs de l'industrie de la finance comprennent bien la valeur ajoutée des porteurs de la désignation CFA (Chartered Financial Analyst) et elle entend faire valoir ces atouts auprès des investisseurs, explique-t-elle dans un entretien avec Finance et Investissement.
La Financière Sun Life a dépassé les attentes du consensus des analystes avec un bénéfice par action sous-jacent de 0,95$ au premier trimestre de 2016.
Gestionnaires d'actifs Bridgehouse lance un nouveau portefeuille d'actions mondiales axé sur la croissance et basé sur un fonds institutionnel en gestion commune à l'intention des investisseurs institutionnels canadiens.
GUIDE DES FNB 2016 – Une structure peu coûteuse jumelée à une concurrence accrue, voilà les raisons expliquant pourquoi le ratio des frais de gestion (RFG) des fonds négociés en Bourse (FNB) est généralement plus bas que celui des fonds communs de placement (FCP) pour des produits similaires.