Nouvelles
Les rendements pour le mois de juin et le deuxième trimestre de 2015 ont été pour la plupart négatifs, alors que tous les indices mesurant les catégories de fonds d'actions ou équilibrés ont affiché des pertes allant de 1 % à 3 %, de même que la plupart des indices de fonds à revenu fixe. Seules les quatre catégories les moins risquées ont enregistré des résultats positifs, selon les données préliminaires des 42 Indices de fonds Morningstar Canada, observées par Morningstar Research.
Alors que les Grecs se préparent à se rendre aux urnes pour le référendum de dimanche qui s'annonce crucial pour l'avenir de leur pays, le Fonds monétaire international (FMI) a dévoilé ses estimations sur le possible troisième plan de sauvetage dont pourrait bénéficier la Grèce si elle parvient à s'entendre avec ses créanciers internationaux.
Le comité de discipline de la Chambre de la sécurité financière (CSF) a radié Claude Martineau pour des périodes de trois ans, de six mois et de cinq mois purgées concurremment, après qu'il eut enregistré un plaidoyer de culpabilité pour les trois chefs d'infraction contenus à la plainte disciplinaire.
PLANÈTE FINANCE – Les pays qui songent à inscrire le Panama sur leur liste des paradis fiscaux doivent être prêts à affronter des mesures de « rétorsion » de la part du pays d’Amérique latine. C’est ce qu’a déclaré le président panaméen, Juan Carlos Varela, après que la Commission européenne eut ajouté le pays à sa liste de 30 paradis fiscaux.
L'année 2015 sera-t-elle celle qui finalement fera perdre de l'argent aux détenteurs d'obligations? Si la tendance se maintient, les rendements des obligations partout dans le monde industrialisé pourraient bien être négatifs cette année. Sauf peut-être au Canada, où les perspectives semblent quelque peu différentes.
NOUVELLES DU MONDE - Nominations, promotions, changements de réseau, accomplissements exceptionnels: restez à l'affût des nouvelles touchant les gens de l'industrie financière québécoise.
NOUVELLES DU MONDE - L’ancien président-directeur général d’Hydro-Québec, Thierry Vandal se joindra à Fiera Axium, firme de gestion d’investissements, d’ici la fin de l’été.
Alors que les banques centrales du monde visent à stabiliser les marchés et, parfois, à favoriser l'emploi, elles génèrent, par leurs actions, des mouvements importants sur les marchés financiers. Au point où ceux-ci présentent un nouveau type de risque qui n'est pas expressément nommé : le risque de banque centrale.Actuellement, dans l'attente d'une hausse prochaine du taux directeur par la Réserve fédérale américaine (Fed), les gestionnaires de portefeuille sont particulièrement attentifs aux effets de ses actions sur les marchés.
Pour rassurer ses clients en temps de crise et prendre les décisions qui s'imposent, le conseiller qui commence dans la profession doit apprendre à maîtriser ses propres émotions.«Nous éprouvons souvent des émotions avant même d'avoir eu le temps de procéder à l'analyse rationnelle de la situation. Pour éviter que la première ne vienne influencer la seconde, il ne faut pas tenter de la réprimer, au contraire. Lorsqu'on est confronté à une difficulté, la première chose à faire consiste en effet à comprendre comment on se sent», remarque Alex Vincent, directeur principal et responsable mondial des animateurs chez Knightsbridge, une firme de consultants en ressources humaines.
Un taux de chômage élevé ralentira-t-il la Bourse ? Les actions s'effondreront-elles si leurs cours croissent davantage que le PIB ? Les petites capitalisations rapportent-elles davantage que les grandes capitalisations ? Adepte de l'approche à contre-courant, l'auteur est un investisseur d'expérience qui s'amuse à déboulonner ce qu'il désigne comme des «mythes» boursiers. D'ailleurs, il a raison : bien des épargnants répondront par «vrai» aux trois questions précédentes. Cela dit, il met aussi ses lecteurs au défi de structurer leur pensée, car est-il vrai, comme il le pense, que les obligations ne sont pas moins risquées que les actions ? Et que l'immense dette américaine n'a pas la capacité de nuire aux futurs rendements boursiers ? La plupart des 17 mythes abordés dans ce livre n'ébranleront pas les connaissances. Cependant, en discuter contribue à nous rafraîchir la mémoire, ce qui n'est jamais mauvais.
«Ce qui me préoccupe actuellement, c'est la partie obligataire de mes portefeuilles, lance Gino Moreau, directeur des ventes, représentant en assurance de personnes et représentant en épargne collective chez Mérici Services Financiers. Je crains beaucoup plus une correction liée à une valorisation des taux obligataires mondiaux qu'une correction touchant les actions américaines.»Anticipant une hausse des taux qui ferait chuter la valeur des obligations, Gino Moreau observe avec intérêt l'évolution de la situation en Europe et aux États-Unis.
Vous allez au travail à reculons ? Chaque mauvaise nouvelle s'ajoute aux précédentes ? Vous n'arrivez plus à reprendre des forces pendant la fin de semaine ? Vous pourriez souffrir d'un surplus de stress. Bien sûr, vous êtes «fait fort» ou «forte», et vous pourriez vous en tirer sans dommages. Mais si vous vous enlisez, il pourrait être temps d'essayer autre chose. Pourquoi pas une méthode «naturelle» de relaxation, afin de dénouer les tensions et refaire le plein d'énergie ! Mais comment choisir, il y en a tellement ! L'auteure passe en revue, en trois ou quatre pages chacune, une trentaine de ces méthodes comme le yoga, l'aromathérapie, l'homéopathie, la réflexologie et la visualisation. La plupart des méthodes sont accompagnées d'exercices à pratiquer chez soi. L'auteure n'offre pas de regard critique ni de mise en garde. Utile pour une familiarisation rapide avec le florissant marché des méthodes de relaxation.
Une règle d'or de l'investissement veut que l'on ne place pas tous ses oeufs dans un même panier. En effet, la récente chute du marché canadien et du huard ainsi que la remontée du marché américain attestent le bien-fondé de la diversification de son portefeuille au moyen de placements américains ou étrangers.Toutefois, le conseiller en placement devra mettre en garde son client contre la possibilité d'une retenue d'impôt sur les revenus de placements réalisés aux États-Unis par l'Internal Revenue Service (IRS), l'autorité fiscale américaine.