Nouvelles
La gestion discrétionnaire à honoraires a la cote. De plus en plus de conseillers en placement font le saut et décrochent le titre de Gestionnaire de placements agréé (CIMmd), aussi connu sous son appellation anglaise de Chartered Investment Manager. Pourtant, bien peu de clients reconnaissent la désignation. Quant aux exigences de formation continue, elles semblent identiques à celles que l'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) impose à ses représentants inscrits. Certains conseillers s'interrogent donc sur l'utilité de payer 275 $ plus taxes chaque année auprès du Canadian Securities Institute (CSI) afin de conserver le titre.Précisons d'abord qu'à l'automne 2011, le titre de Gestionnaire de placement canadien (GPC) a été remplacé par la désignation de Gestionnaire de placements agréé ou CIM qui est désormais une marque déposée. Les exigences de formation sont demeurées les mêmes, mais le GPC avait le choix de changer ou non de titre professionnel puisqu'on lui reconnaît des droits acquis. De plus, les GPC qui n'ont pas fait le transfert officiel n'ont pas le droit d'utiliser le sigle de CIM avec marque déposée.
Dynamique, clair, net et précis, ce livre donne des pistes d'action afin d'abandonner le «service à la clientèle» et d'offrir une véritable «expérience client». Car aujourd'hui, la fidélité ne fait pas partie de l'ADN des consommateurs. Hélène Douville invite les entreprises à poser des gestes simples et efficaces afin de traiter les clients comme des invités, par exemple, en leur réservant des places sur le terrain de stationnement de l'entreprise et en formant les réceptionnistes aux règles de l'accueil personnalisé et discret. L'auteure souligne que les mots ont une certaine énergie qu'on doit utiliser à bon escient. Ainsi, il faut parfois dire des vérités qui font mal, mais au bon moment, sur le bon ton et dans les bons termes. Très concret, le livre regorge d'exemples et d'activités à faire seul ou en équipe. Formatrice de métier, l'auteure a fondé la société-conseil Groupe conseil DCA, qui compte parmi sa clientèle la Banque Nationale, la Banque Royale, Desjardins, la Financière Banque Nationale, La Capitale Services conseils, London Life et Sun Life (http://groupedca.com/clients).
L'Autorité des marchés financiers (AMF) souhaite alléger le fardeau réglementaire imposé aux gestionnaires d'actifs. L'AMF a tenu une consultation avec les membres de cette industrie le 7 juin 2017 afin d'évaluer les adoucissements à faire. Parmi les allègements envisagés par Hugo Lacroix, directeur principal des fonds d'investissement à l'AMF, on retrouve l'obligation de fournir des états financiers aux investisseurs institutionnels. L'AMF a aussi indiqué qu'elle évalue l'ensemble de sa tarification aux gestionnaires de portefeuille, y compris celle qui touche l'inspection. «La valeur des actifs des Québécois augmente, mais on voit l'érosion de notre gestion active vers Toronto. C'est facile de délocaliser la gestion d'actif», a noté Hugo Lacroix, directeur principal des fonds d'investissement à l'AMF, lors du 11e colloque de conformité du Conseil des fonds d'investissement du Québec, le 26 avril 2017.
Dans notre dernière édition, des erreurs se sont glissées dans l'attribution des codes de couleur (vert et rouge) dans le tableau du Top 11 des cabinets multidisciplinaires 2017. Veuillez noter que l'ensemble des données était cependant exact. Le tableau à jour peut être consulté à http://bit.ly/2tmcW6k . Nos excuses !
La meilleure façon de gérer les conflits d'intérêts liés à la rémunération des comptes à honoraires et des comptes de courtage traditionnel repose sur la communication des détails du compte au client et une bonne évaluation de la convenance de ces comptes.
Les assureurs de personnes doivent composer avec différents risques. En voici quatre exposés dans le « Rapport sur les institutions financières » de l'Autorité des marchés financiers (AMF) de 2016.
Un ancien conseiller puis directeur de services financiers dans une succursale de la Banque de Montréal a été arrêté relativement à une fraude de près de 9 millions de dollars (M$) qui aurait été commise sur une période de neuf ans, de 2004 à 2012, dans la métropole.
Après un regain d'optimisme des investisseurs au début premier trimestre de 2017, le second trimestre risque d'être plus ardu, selon les économistes de Gestion d'actifs Manuvie.
CONFÉRENCE DE MONTRÉAL 2017 - Les intentions de l'administration américaine relativement à la déréglementation possible du secteur financier laissent les régulateurs du monde entier sur le qui-vive, a affirmé Louis Morisset, président-directeur général de l'Autorité des marchés financiers (AMF), lors d'une allocution à l’édition 2017 du Forum international des Amériques - Conférence de Montréal, tenue en juin.
Le 23 juin 2016, les Britanniques avaient, par une mince majorité, opté pour une éventuelle sortie de l'Union européenne (UE). Un an plus tard, les traces de ce référendum sont toujours visibles, d'après une analyse de Desjardins études économiques.
NOUVELLES DU MONDE – Le président du Groupe Yvon Pilon, acquis par Pro Vie assurances en 2015, Yvon Pilon, prend sa retraite.
La Banque Royale a conclu une entente avec la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario (CVMO) qui la verra verser 21,8 millions de dollars (M$) à ses clients, en remboursement pour des frais d'investissement chargés par erreur.
Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d'assurance (CCRRA) entend travailler en collaboration avec les organismes de règlementation partenaires afin d'accroître la capacité règlementaire au pays et d'en tirer profit, prévoit son plan stratégique 2017-2020.