Nouvelles
Le «rapport d'application de la Loi sur la distribution des produits et services financiers» (LDPSF, ou Loi 188) propose de modifier les critères d'indemnisation des victimes de fraudes financières.Le gouvernement du Québec désire protéger les consommateurs dès qu'ils font affaire avec un intermédiaire dûment certifié ou inscrit dans l'une des disciplines couvertes par le Fonds d'indemnisation des services financiers (FISF), même si la réclamation concerne des agissements qui se situent en dehors des actes permis par le certificat ou l'inscription octroyés par l'Autorité des marchés financiers (AMF).
Le terrain très concurrentiel de l'assurance vie temporaire sans examen médical s'est allégé au début de mai lorsque BMO Assurance a aboli sa Temporaire 10 ans simplifiée. Ce produit destiné aux personnes de 18 à 45 ans comportait un capital assuré de 100 000 à 250 000 $. En revanche, BMO Assurance a élargi la portée de sa Temporaire 10 ans privilégiée. Elle est désormais offerte aux personnes de 18 à 75 ans pour un capital assuré d'au moins 100 000 $. Entre le 1er et le 5e anniversaire, le titulaire d'une Temporaire 10 ans privilégiée peut échanger en tout ou en partie son capital assuré pour une Temporaire 20 ans privilégiée. Par ailleurs, le taux de commission de la première année de la Temporaire 30 ans privilégiée est passé à 50 %. Notons que BMO Assurance ne distribue qu'un seul autre régime à souscription simplifiée, soit assureRAPIDE. S'adressant aux personnes de 18 à 45 ans, cette assurance vie temporaire jusqu'à 65 ans dispose d'une option de protection d'assurance vie permanente après 65 ans. Le capital assuré est de 50 000 à 250 000 $.
Afin d'attirer les conseillers en sécurité financière, les agents généraux (AG) se doivent d'être convaincants. Qu'est-ce qui les distingue les uns des autres ? Sondage mené auprès des représentants en assurance de personne, le «Baromètre 2015 de l'assurance» fait ressortir l'importance qu'ils accordent à la qualité du service, au soutien aux ventes et à l'offre de formations spécialisées.«Les AG ne sont pas tous pareils. Avec certains, j'obtiendrai des réponses très rapides et très personnalisées. Avec d'autres, ce sera sensiblement moins le cas», constate Dany Bergeron, conseiller en sécurité financière et président de son propre cabinet, Financière Radisson.
Empire Vie a lancé une option de règlement sous forme de rente qu'elle qualifie de «novatrice». L'option permet de combiner un paiement ponctuel et une rente. Cela la distingue de la plupart des options de règlement sous forme de rente disponibles sur le marché, qui offrent soit un paiement ponctuel, soit une rente. Selon Empire Vie, cette approche convient particulièrement aux individus qui veulent distribuer leur actif de façon «graduelle et discrète en dehors de leur testament». Ou encore, à ceux qui craignent que leurs bénéficiaires aient de la difficulté à gérer un transfert de patrimoine «soudain et important». Les clients peuvent personnaliser l'option de paiement pour chacun de leurs bénéficiaires selon le type de rente, la période de garantie, la fréquence des versements et le paiement ponctuel. L'option peut être ajoutée aux contrats en vigueur comportant une désignation de bénéficiaires, ce qui inclut les polices d'assurance, les contrats de fonds de placement garanti et les rentes immédiates à prime unique.
En mai 2012, un groupe de 19 agents généraux (AG) proposait l'instauration du principe d'agent général unique pour chaque représentant. Trois ans plus tard, se dirige-t-on dans cette direction ?Dans le cadre d'un mémoire remis à l'Autorité des marchés financiers (AMF) et à la Chambre de la Sécurité Financière (CSF), le Groupe de travail des agents généraux du Québec avait suggéré que les représentants en assurance de personnes soumettent leurs affaires à un seul agent général.
Les obligations à rendement élevé (ORÉ) sont à leur juste valeur marchande et leur rendement récent de 6,53 % indemnise adéquatement les épargnants pour le risque auxquels ils s'exposent, selon les gestionnaires interrogés par Finance et Investissement.La mesure la plus importante de cette compensation est l'écart (spread) entre le rendement des ORÉ et les obligations du Trésor américain (OTA).
Le Rapport sur l'application de la Loi sur la distribution de produits et services financiers (LDPSF), déposé à la fin juin par le ministère des Finances du Québec, remet en question les structures de surveillance de l'industrie. Les modifications législatives risquent d'ébranler les fondations de ce secteur.La structure de surveillance des secteurs financier et de l'assurance est la même depuis la création de l'Autorité des marchés financiers (AMF) en 2002. L'organisation, qui a regroupé les responsabilités de la Commission des valeurs mobilières et du Bureau des services financiers, siège au sommet de la pyramide des organismes de surveillance. Sa mission : superviser l'ensemble des activités de l'industrie.
Une onde de choc a frappé l'univers des conseillers en sécurité financière quand Empire Vie a lancé, en juin, Simplifiée 10 et Simplifiée 20, ses premiers produits d'assurance vie conçus pour l'achat en ligne sans l'intervention de représentants.«Avec ces nouveaux produits, l'Empire Vie fait dorénavant de la sélection de risques individuels sur Internet. Cet élargissement de la distribution sans représentant m'inquiète», dit Flavio Vani, président de l'Association professionnelle des conseillers en services financiers (APCSF).
Que pensez-vous de la nouvelle réglementation sur les préavis de remplacement ?C'est compliqué et lourd.C'est une bonne affaire. Le client a un document clair, sans charabia. Il sait ce qu'il signe et le comprend.C'est ardu à remplir. Plus ça va, plus c'est compliqué. J'essaie donc de remplacer le moins possible de polices.
Francis Sabourin, directeur, Gestion du patrimoine et gestionnaire de portefeuille, chez Richardson GMP, porte actuellement une attention toute spéciale à la gestion des risques.Divers enjeux tels que la hausse éventuelle des taux d'intérêt américains, l'évolution des prix du pétrole et les problèmes financiers de la Grèce l'amènent à être prudent. «La question grecque, c'est comme Rocky 3, on commence à voir le pattern. L'enjeu est pourtant grand et un règlement est requis pour sauver la Grèce de la faillite ou faire en sorte qu'elle ne sorte pas de la zone euro», expliquait-il lors de notre entretien, en juin.
Le démarchage et la prospection de nouveaux clients sont deux des principaux défis des représentants en assurance de personnes. C'est ce que révèle le «Baromètre 2015 de l'assurance», un sondage qui mesure les principales tendances de l'industrie réalisé par Finance et Investissement.«La rémunération du conseiller est établie en fonction de sa commission, de son effort à rejoindre les clients. Si c'était facile, les commissions seraient drôlement moins élevées», indique Mario Grégoire, président du conseil et directeur général du Conseil des professionnels en services financiers.
La Financière Manuvie exploite depuis le début de mai un nouveau domaine, celui des temporaires à émission rapide sans examen médical. La Temporaire Manuvie à émission rapide (TER Manuvie) comporte trois versions : une Temporaire 10 ans et une Temporaire 20 ans pour les 18 à 50 ans, ainsi qu'une Temporaire jusqu'à 65 ans, pour les 18 à 45 ans. Les montants de couverture varient de 100 000 à 500 000 $. L'assureur souligne que dans la plupart des cas, la proposition sera traitée en moins d'un jour ouvrable. Le contrat est envoyé directement au client. Un outil en ligne permet au conseiller d'avoir une bonne idée des primes que pourrait payer son client, en fonction notamment de sa couverture et de son âge (http://tinyurl.com/k9bfqtw). Dans son Guide du conseiller, Manuvie explique que la clientèle cible de TER Manuvie est constituée de personnes «plus jeunes qui apprécient le côté pratique d'une proposition plus courte, d'un nombre réduit de questions médicales et de la possibilité de souscrire de l'assurance par téléphone ou par Internet» (http://tinyurl.com/kud5of3).
Bien qu'une majorité de conseillers en sécurité financière soient rémunérés par commissions accélérées (high and low), la plupart d'entre eux préfèrent la formule de la rémunération nivelée, révèle le «Baromètre 2015 de l'assurance» de Finance et Investissement.Ainsi, 56,2 % des répondants jugent la rémunération nivelée la plus appropriée, alors que 55,2 % utilisent la commission accélérée.
Lorsqu'il a pris la tête de Desjardins Gestion internationale d'actifs (DGIA) en 2010, Gregory Chrispin voyait son nouveau poste comme un «défi intéressant», alors que le Mouvement Desjardins en était à la fin de son processus de restructuration.«C'était la fin de la crise financière et il y avait beaucoup de choses à rebâtir», remarque Gregory Chrispin, chef de l'exploitation, DGIA.
EXCLUSIF - Au moins quatre des organisations les plus importantes des industries de la finance et de l'assurance demandent au ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, de repousser de plusieurs semaines la date butoir pour réagir au Rapport sur l’application de la Loi sur la distribution de produits et services financiers (Loi 188) publié le 12 juin dernier, a appris Finance et Investissement.