Nouvelles
NOUVELLES DU MONDE – L’Association des femmes en finance du Québec (AFFQ) a souligné les bons coups des professionnelles en finance de la province lors de son 12e Gala Les Talentueuses qui a eu lieu à Montréal la semaine dernière.
Financière Mackenzie a lancé deux fonds communs de placement et un fonds négocié en bourse (FNB) conçus pour produire un revenu et rehausser la diversification du portefeuille.
L'annonce «phénoménale» en ce qui a trait aux impôts des particuliers et des sociétés promise par Donald Trump a finalement eu lieu avec près de deux mois de retard. Curieusement, lors des deux séances boursières qui ont suivi, les indices ont très peu réagi. Serait-ce que l'on doute de la réalisation de ce plan de réforme fiscale?
Le Top 8 des courtiers québécois 2017 a été réalisé à partir d’entrevues téléphoniques par nos sondeurs Marie-Claude Lessard Larose et Abdelkader Rahli. Frédéric Roy a colligé et analysé les données.
TOP DES COURTIERS QUÉBÉCOIS - En 2013, seulement le quart des conseillers dans le Top 20 % affichaient des revenus personnels supérieurs à 500 000 $. Cinq ans plus tard, ils sont 87,2 % dans cette catégorie.
NOUVELLES DU MONDE – Le président-directeur général de SSQ Groupe financier de 2008 à 2015, René Hamel, devient président des conseils d’administration de la société.
Himler Constant a été radié de façon permanente par le comité de discipline de la Chambre de la sécurité financière (CSF) après avoir plaidé coupable aux quatre chefs d'infraction contenus à la plainte disciplinaire.
Certains s'inquiètent du taux de roulement et de la liquidité des FNB en cas de stress financier.L'industrie des fonds négociés en Bourse (FNB) vante souvent la liquidité additionnelle que crée la structure de ces fonds. Les parts de FNB sont cotées en Bourse et négociées comme des actions sur le marché secondaire, ce qui engendre, en quelque sorte, une source de liquidité.
Remplie de tableaux statistiques, cette impressionnante brique de 762 pages ne deviendra probablement pas un livre de chevet. Par contre, elle vaut le coup d'oeil. Économiste à l'Université Northwestern, en Illinois, Robert J. Gordon entend prouver que l'époque où les enfants vivaient mieux que leurs parents est révolue, car l'industrialisation a fait son oeuvre. Entre 1870 et 1970, les «grandes inventions» ont bondi à un rythme soutenu (moteur à combustion interne, téléphone, électrification, etc.). Entre 1920 et 1970, la productivité a augmenté de 3 % par an aux États-Unis. Cependant, depuis 50 ans, la population a vieilli, le niveau d'éducation a plafonné, la productivité a chuté (0,5 % par an au cours des années 2010), et le revenu moyen des hommes américains a diminué. Les inventions futures ne pourraient pas faire redémarrer la machine à emplois ni augmenter les revenus. La raison : elles s'appuient sur la robotique et l'intelligence artificielle, qui provoqueront l'«obsolescence» d'une bonne partie de la population des pays avancés, dont les États-Unis.
Faut-il mettre en commun tous ses revenus ou ne partager que les dépenses ? La comptabilité conjugale doit-elle considérer les écarts de revenus entre conjoints ? Doit-elle tenir compte du temps consacré par chacun à la famille ?Voilà autant de questions que devrait se poser un couple qui doit jongler avec l'argent au quotidien. Pourtant, l'argent demeure un sujet tabou, car peu de conjoints discutent véritablement de l'organisation financière de leur ménage et de ses conséquences sur le couple, à moyen et long termes, constate la sociologue Hélène Belleau.
En 2013, seulement le quart des conseillers dans le Top 20 % affichaient des revenus personnels supérieurs à 500 000 $. Cinq ans plus tard, ils sont 87,2 % dans cette catégorie.GRAND ÉCART SALARIALPlus des deux tiers des conseillers gérant le plus d'actif ont engrangé des revenus personnels, après dépenses et avant impôt, supérieurs à 750 000 $ l'an dernier (en milliers de dollars).
Le coût de l'écart cours acheteur-cours vendeur peut être supérieur au RFG.Le manque de connaissances en négociation de fonds négociés en Bourse (FNB) chez les conseillers peut entraîner des actions défavorables dans la détermination du cours d'achat ou de vente d'un FNB, qui sont susceptibles d'éroder l'une des principales caractéristiques de ces produits : leur faible coût.Puisque les FNB sont des titres qui se négocient tout au long de la journée sur une plateforme boursière - à la différence des fonds communs, dont le prix est fixé à la fin de la journée à la valeur liquidative -, les conseillers doivent apprendre les meilleures pratiques de négociation afin de maximiser les rendements pour leurs clients. Il vaut mieux acheter et vendre des FNB en suivant des ordres spécifiques et éviter de négocier à des moments de la journée où les marchés sont moins liquides.
Ce best-seller européen nous tient en haleine de la première à la dernière page. Journaliste d'enquête au quotidien londonien The Guardian, Joris Luyendijk s'est donné la mission de comprendre la pensée et les actes des professionnels de la finance de Londres, capitale mondiale de ce domaine. Après 200 entrevues - y compris avec des spécialistes de la conformité et du back-office - l'auteur s'est ouvert bien des portes. Sans grande surprise, il constate que l'univers de la finance est implacablement concurrentiel. Les mises à pied sont fréquentes, et les conditions d'emploi, très difficiles, au point de briser la vie familiale et les liens d'amitié. Toutefois, les récompenses monétaires sont grandes. Plusieurs expriment de profondes inquiétudes sur la solidité du système financier, avouant ne pas comprendre les produits complexes qu'ils distribuent. L'auteur estime que trop souvent, la main gauche, ou la conformité, ignore ce que fait la main droite, ou le front office. Certains gèrent le stress en se retranchant dans l'ignorance : mieux vaut ne pas poser de questions. Fourmillant d'anecdotes et de faits vécus, ce livre se lit comme un roman... trouble et inquiétant.
Françoise E. Lyon, première vice-présidente chez Gestion privée de placement Pembroke, 47 ans, évolue dans l'industrie financière depuis 25 ans.Elle a occupé des postes de gestionnaire au sein de grandes institutions, dont Merryll Lynch et la Banque Nationale, et a vécu différents chamboulements de l'industrie. Elle nous fait part des enseignements qu'elle en a tiré.
En placement comme en karaté, Mary Hagerman a une approche basée sur la discipline, la persévérance et la concentration.Elle ne casse pas des briques du tranchant de la main, mais la conseillère Mary Hagerman, ceinture noire en karaté et praticienne de la méditation vipassana depuis des dizaines d'années, apporte à sa gestion des investissements une discipline et une attention toutes particulières.
Sachez que ses revenus de promotion ou les autres sommes liées à ses performances seront dans le collimateur des agences fiscales.De nombreux Canadiens ont été scandalisés d'apprendre que nos athlètes qui ont brillamment défendu les couleurs du pays lors des derniers Jeux olympiques seront imposés sur les récompenses qu'ils ont reçues du Comité olympique canadien (20 000 $ pour une médaille d'or, 15 000 $ pour l'argent et 10 000 $ pour le bronze).