Nouvelles
Les esclandres du président américain n'en finissent plus. Celle dirigée récemment vers les allemands et leur chancelière Angela Merkel risque selon plusieurs d'entrainer les américains vers un isolement économique qui n'augure rien de bon. À cela s'ajoute maintenant le retrait des accords de Paris sur l'environnement. Le moment est-il venu de diminuer ses investissements dans les titres américains?
Les marchés nord-américains ont connu des rendements ternes durant le mois de mai et les mouvements de devises ont été négligeables. Par conséquent, les fonds axés sur les actions étrangères se sont généralement surclassés par rapport à ceux qui ciblent les actions canadiennes ou américaines.
La Vérificatrice générale du Québec recommande à l'Autorité des marchés financiers (AMF) de mieux structurer sa supervision de la Chambre de la sécurité financière (CSF) et de la Chambre de l'assurance de dommages (ChAD).
En 2013, Humania Assurance ne vendait aucun de ses produits de manière numérique. Aujourd'hui, près de 90 % de ses ventes en assurance vie sont faites sur Internet par l'entremise de conseillers en sécurité financière.
Si la proposition des Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) visant à interdire les commissions intégrées devait être adoptée, « l'accent doit être mis sur la façon dont la transition sera faite » afin d'éviter qu'un changement aussi profond entraîne des dommages involontaires, a déclaré Andrew Kriegler, président et Chef de la direction de l'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM), lors du symposium annuel sur les opérations commerciales et l'observation de l'industrie de l'investissement, mardi, à Toronto.
Le Conseil des professionnels en services financiers (CDPSF) a publié ses états financiers, au 31 mars 2017, qui comprennent un manque à gagner de 221 160 $.
NOUVELLES DU MONDE – Jean-Guy Desjardins, fondateur, président du conseil d’administration et chef de la direction de Fiera Capital, assumera dorénavant également les responsabilités de président de la société.
Les planificateurs financiers doivent préparer leurs entreprises pour un déluge de changements découlant d'une « véritable tempête parfaite », selon Cary List, président et chef de la direction du Financial Planning Standards Council (FPSC), conférencier à l'occasion de la conférence annuelle de l'Institut canadien de planification financière à Ottawa, mardi.
L'Autorité des marchés financiers (AMF) ne dispose pas des outils et de toute l'information nécessaires pour cibler adéquatement ses interventions en fonction des risques des cabinets du secteur de l'assurance. Et son processus de suivi des irrégularités observées dans ce secteur lors des inspections mériterait d'être renforcé.
TOP DES CABINETS MULTIDISCIPLINAIRES - Les conseillers montrent un attachement aux associations et aux groupes d'intérêt de l'industrie, mais ils sont sceptiques quant à leur réel pouvoir d'influence.Voilà l'un des éléments qui ressortent du sondage exclusif du Top 11 des cabinets multidisciplinaires de Finance et Investissement. À la question «Vous sentez-vous bien représenté par les associations et groupes d'intérêt de l'industrie ?», près de 60 % des personnes sondées répondent par l'affirmative.
Option consommateurs souhaite l'élimination de la règle de «la plus haute bonne foi» en matière de souscription de produits d'assurance de personnes, et ce, pour tous les canaux de distribution. Ce voeu apparemment anodin pourrait, selon un observateur de l'industrie, se retourner contre les intérêts des clients et des assureurs.Dans une étude publiée en novembre dernier sur la distribution en ligne de produits d'assurance, Option consommateurs constate que le consommateur doit déclarer à l'assureur «toute circonstance susceptible d'influencer de façon importante l'appréciation du risque, sa décision de l'accepter et l'établissement de la prime». Concrètement, le consommateur doit «spontanément déclarer tout autre élément pertinent non abordé» dans un questionnaire de l'assureur. Toutefois, estime cet organisme, les consommateurs pourraient tomber dans un piège en omettant de communiquer ces informations en raison de leur «manque de connaissances» (http://tiny.cc/6e9aiy).
Les négociateurs sur séance, les day-traders, peuvent gagner de l'argent en lisant des gazouillis de 140 caractères. Selon une enquête réalisée à l'Université John Hopkins, de Baltimore, une lecture avisée de tweets portant sur les marchés boursiers peut susciter des gains annuels de 10 à 20 % ! La clé consiste à négocier avant ou après l'annonce des résultats, tout en évitant le consensus de Wall Street, car les prévisions des analystes professionnels sont trop prudentes. En revanche, les tweets d'amateurs éclairés ont un plus grand pouvoir prédictif. Cette conclusion découle de l'examen des gazouillis de 140 caractères rassemblés dans Estimize et iSentium, des sites de prévisions boursières qui comprennent les prévisions de milliers d'individus. D'après les chercheurs, la «sagesse des foules» se révélerait plus efficace que le consensus de Wall Street en raison d'une plus grande objectivité des participants de Estimize et iSentium. En effet, les analystes de Wall Street chercheraient à susciter une surprise positive chez les épargnants. Leurs employeurs, banques d'affaires et maisons de courtage, rendraient service aux dirigeants des entreprises inscrites en Bourse en leur donnant le très beau rôle de «battre» les prévisions de leurs propres analystes (http://tinyurl.com/guw4osh).