Nouvelles
L'autorité des marchés financiers (AMF) veut favoriser la croissance des gestionnaires émergents d'actif en allégeant des réglementations et leur poids financier. L'Ontario pourrait inspirer le régulateur québécois.En février 2015, près d'un an après l'inscription de son entreprise auprès de l'AMF, Jacques Lussier, président d'Ipsol Capital, adressait une lettre à la direction de l'organisme québécois de réglementation du secteur financier. Il y dévoilait les difficultés qu'éprouvent les jeunes firmes de gestion de capitaux à l'égard des droits facturés par l'AMF.
FOCUS SUR LES CONSEILLERS - Les cabinets multidisciplinaires et les courtiers de plein exercice ont beau avoir une gamme de produits différente, leurs défis semblent se rejoindre.Comme nous l'avions constaté dans les dossiers des éditions de mai et de juin, les relations entre les conseillers et les firmes se sont généralement dégradées au cours des dernières années.
«Ma spécialité n'est pas de deviner la direction des marchés, mais de construire des portefeuilles toutes saisons», affirme Dennis Fong, spécialiste de fonds, stratégie de fonds d'investissement, chez BMO Nesbitt Burns.BMO Nesbitt Burns affiche en tout temps une liste de 35 à 40 fonds recommandés, liste à l'élaboration de laquelle participe Dennis Fong. Pour ce faire, il a mis au point un processus élaboré de sélection.
Les régulateurs et les gouvernements ont le devoir de résoudre une situation qui perdure depuis des années dans le milieu financier : l'arbitrage réglementaire.On parle d'arbitrage réglementaire lorsqu'un membre de l'industrie financière oriente ses activités vers un régime réglementaire ayant un encadrement plus souple.
Depuis la mi-mai, les bénéficiaires d'une assurance vie individuelle de SSQ Groupe financier profitent d'une nouvelle option de paiement. La totalité ou une partie de la prestation de décès peut dorénavant être transférée dans un produit d'investissement de SSQ. L'option est offerte dans le cas des prestations d'au moins 50 000 $. Dans une communication aux conseillers, SSQ signale que cela permet «d'introduire le conseiller en sécurité financière auprès du ou des bénéficiaires». Par ailleurs, l'assureur a ajouté la possibilité de nommer un bénéficiaire secondaire dans le versement des prestations de décès. Ainsi, pour chaque bénéficiaire primaire, un ou plusieurs bénéficiaires secondaires pourraient recevoir la prestation au décès du dernier rentier survivant après le décès du bénéficiaire primaire auquel ils sont liés. Ce changement augmente également l'influence des conseillers, puisque les clients peuvent affiner leurs choix successoraux en fonction de leurs goûts et de leurs besoins.
Les débats sur les inégalités de revenu font rage. Ont-elles réellement augmenté sous l'effet de la mondialisation ? Rien n'est moins certain, du moins si l'on se place du point de vue de la planète dans son ensemble. D'ordinaire, les études sur l'inégalité comparent des pays, ou des populations à l'intérieur d'un même pays, au moyen du coefficient de Gini. Plus le coefficient de Gini se rapproche de zéro et plus il est égalitaire, alors que plus il se rapproche de un, plus il tend vers l'inégalité. Afin de mesurer l'inégalité des revenus entre les humains de la planète, des chercheurs ont laissé tomber les frontières étatiques et ont examiné ce coefficient entre individus. Alors qu'il se situait à 0,69 en 2003, il avait décliné à 0,65 en 2013. Selon les chercheurs, il pourrait baisser à 0,61 en 2035 en raison de la rapide croissance enregistrée dans les pays émergents à économie de marché. On peut en déduire que la répartition des revenus reste fondamentalement inégalitaire sur la planète Terre, mais que la situation s'est beaucoup améliorée avec la mondialisation (https://tinyurl.com/y77ddtag).
CONSULTATION 81-408 - La grande majorité des clients des courtiers québécois indépendants en épargne collective souhaitent le maintien des commissions intégrées.Un sondage réalisé en mai dernier par le cabinet Mérici Services financiers révèle en effet que 81,6 % de leurs clients préfèrent payer les services qu'ils reçoivent sous forme de commissions intégrées. Cette prise de position forte doit être considérée par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM), estime la firme de Sherbrooke.
TickSmith, une firme de technologie financière (fintech) de Montréal, a conclu un partenariat incluant un investissement de deux millions de dollars (M$) avec la société londonienne de capital-risque Illuminate Financial Management LLP.
Plus présente à l'international depuis 2014, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a vu sa masse salariale à l'extérieur du pays plus que tripler pour atteindre 25,14 millions de dollars (M$) à la fin de la dernière année, révèlent des données obtenues par La Presse canadienne en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.
Il est facile de comprendre l'attrait des actions à dividendes. Les paiements de dividendes peuvent aider les investisseurs à gérer des questions de comportement comme la réticence à réaliser des gains en capital pour répondre à un besoin de revenus, et leur donner le courage de faire face à la volatilité boursière.