Nouvelles
Peter Thiel est l'un des rarissimes entrepreneurs techno à avoir appuyé la candidature de Donald Trump aux présidentielles américaines. Ce cofondateur de PayPal, administrateur de Facebook et investisseur majeur dans Palentir (spécialiste des mégadonnées pour les services secrets américains) est devenu la voix de la Silicon Valley à Washington. Peter Thiel a écrit Zero to One, la «bible des affaires» de la Silicon Valley selon le Washington Post. Traduit en français sous le titre Zéro à un, ce livre développe la thèse que la stagnation technologique régnerait aux États-Unis. Les innovations actuelles se limiteraient aux ordinateurs personnels, et rien d'important ne se ferait dans les domaines vraiment importants comme la santé (pour combattre la mortalité) et les transports (pour rejoindre d'autres planètes). «On voulait des voitures volantes, on a eu 140 caractères», lance-t-il. Loin de se lamenter, Peter Thiel veut inspirer les innovateurs de demain. Il y réussit, et de façon dynamique, en préconisant l'audace, la créativité, le développement de produits uniques et la recherche d'une position monopolistique dans le marché. Il souligne l'importance stratégique des ventes. Car sans méthode de vente efficace, dit-il, un bon produit se retrouvera fatalement au cimetière des bonnes idées.
La stratégie de la firme de gestion de portefeuille COTE 100 consistant à miser sur la gestion privée a porté ses fruits. De 2011 à 2016, COTE 100 a multiplié son actif sous gestion par cinq, celui-ci est passé de 200 M$ à plus de 1 G$. Cependant, cette croissance «s'est faite de manière très ordonnée, avec discipline et travail, sans égard aux cycles et aux tendances», signale Philippe Le Blanc, président et chef des placements, et associé.«Nous évoluons à l'extérieur des sentiers battus. Nous n'avons pas de terminal Bloomberg, nous ne sommes pas connectés sur CNBC et nous avons les cotes en différé de 20 minutes, illustre-t-il. Nous ne nous considérons pas comme un "trader", alors nous nous foutons pas mal de ce qui se passe à la seconde près, car ça ne change pas grand-chose pour les entreprises que nous suivons.»
Encore une fois cette année, nous avons regroupé pour vous plusieurs chiffres qui peuvent être utiles lorsque vous rencontrez des clients.Dans le tableau 1, outre l'indexation normale des paliers, ce qui change, par rapport à l'an dernier, c'est le taux d'imposition des dividendes déterminés. Cela est dû au fait que le Québec a abaissé le taux d'imposition sans déduction pour petite entreprise (DPE) des sociétés (le «gros taux») à 11,8 %. Le crédit étant aussi du même niveau, il fait légèrement augmenter le taux personnel sur les dividendes déterminés.
Les régulateurs envoient une nouvelle salve aux commissions de suivi et aux frais d'acquisition reportés (FAR) sur les fonds d'investissement. Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) projettent de les interdire, mais l'industrie financière entend les défendre.Selon le document de consultation 81-408 publié au début de janvier, l'interdiction toucherait les fonds au sens de la législation en valeurs mobilières, comme les fonds communs de placement et les fonds négociés en Bourse, ainsi que les billets structurés, offerts au moyen d'un prospectus ou sur le marché dispensé.
Le représentant autonome Alain St-Pierre mise sur la variété pour constituer des portefeuilles solides, à moindre risque.Contrairement à une idée reçue, il ne croit pas qu'il faut éviter d'investir dans de nombreux fonds, surtout si le portefeuille est modeste, de crainte que les frais rognent le rendement.
Depuis l’élection américaine du 7 novembre, l’optimisme règne sur les marchés boursiers. Mais plus l’on approche du moment où Donald Trump élira domicile à la Maison-Blanche, cet optimisme cache de plus en plus difficilement un certain inconfort chez de nombreux participants et observateurs des marchés. L’heure est-elle venue de tempérer les attentes et d’opter pour plus de prudence?
Les conflits d'intérêt, les obligations liées à la connaissance des clients, les conseils automatisés en ligne ou encore les conseils financiers aux personnes âgées figurent parmi les principales priorités en matière de surveillance établies par l'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) pour 2017.
Même si les investisseurs sont au courant qu'ils payent des frais aux conseillers, près de la moitié ignorent la somme que ça représente, selon un sondage effectué par le Forum Angus Reid et commandité par Fonds d'investissement Tangerine.
NOUVELLES DU MONDE - La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) nomme Kim Thomassin comme vice-présidente aux affaires juridiques et secrétariat.
PERSPECTIVES 2017 - Le Dow Jones qui dépasse les 19 000 points pour atteindre un sommet historique est l'un des nombreux rebondissements ayant marqué la planète financière et économique l'an dernier. Que nous réserve 2017 ? Dans cette série d'articles, des spécialistes en placement nous font part de leurs perspectives et des meilleures stratégies offensive et défensive à adopter afin d'en profiter ou s’en prémunir.
Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) projettent d’interdire définitivement les commissions de suivi et les commissions versées au moment de la souscription effectuées selon l’option des frais d’acquisition reportés (FAR).