andreypopov / 123RF Banque d'images

Le surendettement constitue la principale préoccupation des Canadiens de la génération Y, indique une étude commandée par BMO Gestion de patrimoine.



Outre la question du surendettement (29 %), le milléniaux interrogés considèrent les dépenses importantes telles que l'achat d'une maison ou un mariage (22 %) et de l'épargne-retraite (14 %) comme étant les préoccupations financières les plus importantes. Les milléniaux plus âgés (de 25 à 34 ans) étaient deux fois plus susceptibles que les plus jeunes de leur génération, soit 19 % par rapport à 8 %, à se soucier davantage de l'épargne-retraite.

La Fédération canadienne des étudiantes et étudiants indique que la dette d'études des Canadiens de ce groupe d'âge, soit ceux dont l'année de naissance se situe entre 1981 et 2000, s'élevait en moyenne à 27 000 $ en 2015. Il faut noter que le pourcentage de Canadiens faisant partie de la génération Y ayant terminé un programme d'études postsecondaires est élevé, soit 75 % dans le cas des femmes, et 65 % pour les hommes.

« Compte tenu du fait que par rapport aux générations précédentes, deux fois plus d'étudiants de la génération du millénaire poursuivent des études postsecondaires, ceux-ci misent sur les études supérieures, estimant que c'est le meilleur moyen d'améliorer leurs chances dans un marché du travail difficile et compétitif, explique Chris Buttigieg, directeur général - L'Institut Info-Patrimoine, BMO Gestion de patrimoine. Toutefois, le choix de poursuivre des études s'effectue souvent au prix d'un endettement supplémentaire, ce qui rend cette décision difficile. »

Questionnés sur les facteurs personnels ayant une incidence sur la capacité d'épargne de la génération Y, Les répondants ont évoqué dans 63 % des cas le manque de sécurité d'emploi ou d'occasions professionnelles, et pour 62 % d'entre eux, l'instabilité des relations personnelles, notamment en raison d'un divorce ou de la perte de revenus d'un partenaire.

Parmi les plus jeunes membres de la génération Y, soit ceux âgés de 18 à 24 ans, 67 % étaient plus préoccupés par la précarité de l'emploi, par rapport à 59 % parmi ceux de 25 à 34 ans, tandis que dans une proportion de 66 %, les milléniaux plus âgés se montraient davantage préoccupés par leur situation financière actuelle que les plus jeunes (58 %).

Objectifs poursuivis

L'étude met en relief le fait que les Canadiens de la génération Y ont plutôt des objectifs financiers à court terme qu'à long terme. Les objectifs à long terme, comme l'épargne-retraite, ne font partie des priorités immédiates que de 41 % d'entre eux.

Les principales priorités financières des participants à l'étude de BMO Gestion de patrimoine, consistent, dans 23 % des cas, au remboursement des dettes accumulées. Suivent l'espoir d'un emploi plus intéressant ou mieux rémunéré (17 %), de l'achat ou de la rénovation d'une maison dans 16 % des cas, et de la poursuite des études (14 %).

Interrogés au sujet de leur propre retraite, 41 % des répondants de la génération du millénaire ont dit être d'avis que la retraite était trop loin et qu'ils avaient d'autres priorités plus immédiates. Au nombre des répondants, 24 % craignent toutefois de ne jamais être en mesure de prendre leur retraite. Aussi, 30 % des membres les plus âgés de la génération Y étaient plus inquiets que les jeunes (17 %) au sujet de leur capacité à prendre leur retraite. Au final, 1 % des milléniaux interrogés comptent sur un héritage pour financer leur retraite.

En outre, dans une proportion de 19 %, les personnes interrogées ont indiqué préférer payer leurs dettes accumulées avant de commencer à épargner en vue de la retraite.

S'informer

Il faut noter qu'une récente étude de PwC révèle que les milléniaux ont tendance à ne pas être suffisamment informés des questions financières. Seuls 24 % des membres de la génération du millénaire interrogés dans le cadre de l'étude de PwC ont démontré qu'ils possédaient une littératie financière de base, et à peine 8 % possèdent de bonnes connaissances financières.

L'étude indique également que les hommes de la génération Y sont plus préoccupés par leur niveau de connaissances financières (39 %) que les femmes (29 %).

Selon l'étude de BMO, les enfants du millénaire, lorsqu'ils doivent se tourner vers une source d'information avant de prendre une décision importante, effectuent dans 74 % des cas leurs propres recherches sur Internet. Ils sont toutefois 67 % à discuter avec des amis ou des membres de leur famille, 54 % a écouter leur instinct et 45 % à consulter des experts du domaine.

L'étude de BMO montre que les femmes, dans 75 % des cas, sont beaucoup plus enclines que les hommes (58 %) à discuter des décisions importantes avec leur famille et leurs amis.

Bien qu'ils soient des utilisateurs assidus des médias sociaux - 73 % des répondants utilisent les médias sociaux tous les jours - seulement 9 % des milléniaux interrogés comptaient les commentaires sur les médias sociaux parmi les trois principales sources d'information les aidant à prendre des décisions importantes.

L'investissement

L'étude BMO révèle que les membres de la génération Y préfèrent les comptes d'épargne aux REER et aux CELI dans une proportion de deux contre un, que ce soit en vue d'effectuer un achat important précis ou d'acquérir ou de rénover une maison.

Interrogés sur les principales caractéristiques qu'ils recherchaient chez un conseiller financier, les milléniaux ont mentionné dans 58 % des cas la capacité d'offrir des conseils personnalisés, 55 % d'entre eux ont évoqué les connaissances et l'expérience, et 47 % ont évoqué un niveau de service élevé et une communication continue.

L'étude de BMO Gestion de patrimoine a été menée par ValidateIt Technologies entre le 21 et le 23 avril 2017 à partir d'un échantillon composé de 1 003 répondants Canadiens de 18 à 34 ans appartenant à la génération Y. Les résultats de l'étude sont exacts à plus ou moins 3,02 %, selon un niveau de confiance de 95 %.