La volatilité extrême des prix, le coût élevé des transactions et le manque de protection des investisseurs, rendent les crypto-monnaies dangereuses.



Selon Agustín Carstens, directeur général de la Bank for International Settlements (BIS), les régulateurs doivent être prêts à renforcer la protection des consommateurs, des investisseurs et du système financier contre les risques liés au renforcement des cryptomonnaies.

Agustín Carstens a appelé les régulateurs mondiaux à aborder les risques posés par « la propagation envahissante » des cryptomonnaies, comme le Bitcoin, dans un discours offert à l'Université Goethe à Frankfort, en Allemagne, mardi.

« La montée fulgurante des cryptomonnaies ne doit pas faire oublier le rôle important que jouent les banques centrales en tant que gardienne de la confiance du public, a-t-il déclaré. Les monnaies numériques privés se faisant passer pour des devises ne doivent pas subvertir cette confiance.

Agustín Carstens a averti qu'une volatilité extrême des prix, des coûts de transaction élevés et un manque de protection des consommateurs et des investisseurs rendaient les crypto-monnaies dangereuses et inadaptées pour remplacer l'argent traditionnel comme moyen de paiement, réserve de valeur et unité de compte.

Au contraire, l'argent doit être soutenu par des institutions responsables qui ont la confiance du public, a-t-il soutenu.

Alors que les nouvelles technologies ont le potentiel de rendre les systèmes de paiement beaucoup plus efficaces, de nouvelles devises ne sont pas nécessaires pour que cette promesse soit réalisée, a déclaré Agustín Carstens.

Dans le même temps, les régulateurs doivent se prémunir contre l'utilisation des progrès technologiques pour légitimer les profits tirés d'activités illégales et les risques pour la stabilité financière, a-t-il déclaré.

« C'est clairement le cas du Bitcoin: même s'il est conçu comme un système de paiement alternatif sans implication du gouvernement, il est devenu l'une des principales composante d'une bulle, de stratagème de Ponzi et de désastre environnemental », a-t-il déclaré.

« Pour garantir des conditions de concurrence équitables à tous les acteurs des marchés financiers, l'accès aux services bancaires et de paiement légitimes devrait se limiter aux échanges et aux produits répondant à des normes élevées acceptées », a déclaré Agustín Carstens. Cela signifie : « même risque, même réglementation, et aucune exception autorisée ».