SelenSergen/ 123RF Banque d'images

PLANÈTE FINANCE – Trois associations ont déposé une plainte contre la banque française BNP Paribas pour « complicité de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre », en lien avec le génocide rwandais.



La banque est accusée d'avoir autorisé, en juin 1994, deux transferts de fonds totalisant 1,7 millions de dollars (M$), d'un compte détenu par la Banque Nationale du Rwanda vers un compte de la banque suisse UBP. Ce compte était identifié au nom d'un intermédiaire sud-africain propriétaire, à l'époque, d'une société en courtage d'armes, comme le rapporte plusieurs médias.

Les fonds transférés auraient servi à l'achat illégal d'armes à destination du Rwanda, alors en plein génocide, et ce, malgré un embargo de l'ONU établi en mai 1994.

Selon les informations recueillies par l'Express.fr, BNP Paribas ne disposerait pas à l'heure actuelle d'éléments suffisants pour commenter le dépôt de la plainte par les associations.

La plainte avec constitution de partie civile faite par l'association anticorruption Sherpa, le Collectif des parties civiles pour le Rwanda et Ibuka France, fait état d'une livraison de 80 tonnes d'armes livrées à Goma.

Entre avril et juillet 2014, près de 800 000 personnes, provenant principalement du groupe de population tutsie, ont été massacrées durant ce qui a par la suite été qualifié de génocide.