tintin75 / 123RF Banque d'images

PLANÈTE FINANCE – Avec des dettes en obligations avoisinant la totalité de son produit national brut, Puerto Rico vient de déposer une demande afin d'être placée en situation de faillite.



La situation est problématique pour le territoire non incorporé des États-Unis puisque les dettes cumulées en obligations et en responsabilités relatives aux fonds de pension atteignent 123 milliards de dollars américains (G$US).

De ce nombre, 74 G$US sont en obligations, comme le rapporte un article de The Economist. La mise en situation de faillite par les gouvernements locaux n'est possible que depuis 2016, à la suite de l'adoption d'une Loi fédérale par Congrès américain.

Il revient à comité des sages provenant de Washington de négocier et de trouver une entente avec les créanciers. Le deux tiers des détenteurs d'obligations doivent accepter l'offre pour que l'entente soit applicable, d'après l'article de The Economist.

Si les négociations échouent, le gouvernement pourra déclarer la faillite.

Puerto Rico est en récession depuis 2006, selon un article du New York Times. Depuis, les gouvernements successifs ont continué à emprunter afin de couvrir leurs dépenses opérationnelles, menant aux résultats actuels.

La procédure de faillite a été entamée mercredi, au lendemain du dépôt de procédures judiciaires par plusieurs créanciers de l'île. La démarche doit permettre à Puerto Rica de pouvoir restructurer sa dette, tout en continuant à assurer la prestation des services essentiels aux habitants.

« Selon les termes de cette demande, Porto Rico entend rembourser ses créanciers au rythme de près de 800 millions de dollars par an », indique Boursorama.

Le cas de Puerto Rico est le premier depuis l'adoption de la Loi fédérale américaine sur l'insolvabilité des territoires.

Il s'agirait de la plus importante faillite d'un gouvernement aux États-Unis. À titre comparatif, la ville de Détroit cumulait 18,5 G$US lors de sa faillite en 2013.