PLANÈTE FINANCE – La banque centrale de la République populaire de Chine, souhaitant limiter les impacts du système bancaire parallèle, haussera probablement ses taux du marché monétaire, selon la société financière japonaise Nomura, d'après Bloomberg.



Sans les interdire, la banque centrale chinoise a envoyé une directive claire aux institutions financières afin qu'elles rectifient les « irrégularités liées aux placements à effets de levier élevé, aux investissements à couches multiples ou ceux ayant un arbitrage réglementaire ».

De plus, les prêteurs du pays doivent dorénavant déclarer la taille de leurs investissements, y compris les fonds communs de placement, les fiducies, les sociétés à terme, comme indiqué dans un article de valuewalk.com

L'objectif de ces démarches et de celles à venir est de détourner la spéculation financière et réduire les sorties de capitaux du pays pour parvenir à limiter les effets de la finance de l'ombre sur l'économie.

Ce n'est pas la première fois que les décideurs politiques et économiques chinois agissent en ce sens. Depuis 2008, ils ont mis au point une campagne visant à lutter contre l'effet de levier provoqué par la crise financière, en vue d'atteindre une politique monétaire « prudente et neutre ».

Cependant, malgré leurs efforts, le système bancaire parallèle, évalué à plus de 11 606 G$, est au plus fort. Seulement en mars, les prêts « hors bilan » ont atteint 148 G$.