PLANÈTE FINANCE – La Banque centrale européenne (BCE) évalue actuellement l'option de diminuer de moitié de ses achats mensuels d'obligation à compter de janvier 2018.



Si elle va de l'avant, ses achats mensuels d'obligation passeraient de 60 milliards d'euros (87,2 G$) à 30 milliards d'euros (43,6 G$) jusqu'en septembre 2018, moment où le programme serait aboli.

Selon des représentants anonymes de la BCE, rapportés par Bloomberg, l'option est plus qu'envisageable.

Certains gouverneurs de banques centrales européennes considèrent que la croissance robuste récente de la zone est une raison pour appuyer cette diminution.

Les opposants soutiennent de leur côté que l'inflation demeure trop faible, et qu'une telle politique pourrait miner les efforts entrepris au cours des dernières années de relever certaines économies régionales par le programme d'achat d'obligation.

Mario Draghi, président de la BCE, dévoilera le plan de match pour le programme le 26 octobre.

C'est plus de 2 000 milliards d'euros (2 908 G$) que la BCE a dépensé en rachats d'actifs dans le cadre du programme.