strangeways70 / 123RF Banque d'images

PLANÈTE FINANCE – La banque allemande Deutsche Bank vient d'être happée par le feuilleton consacré à l'ingérence présumée de la Russie dans l'élection de Donald Trump.



Des élus démocrates, membres de la commission de la Chambre des représentants sur les services financiers, ont effectivement demandé par écrit au président de la Deutsche Bank, John Cryan, de confirmer si des prêts accordés à Donald Trump avaient été garantis par la Russie, rapporte Thomson Reuters.

« La participation de Deutsche Bank à des opérations de blanchiment d'argent associant principalement des Russes, sa relation peu conventionnelle avec le président, ses violations répétées des lois bancaires américaines, tout cela soulève d'importantes questions », écrivent les parlementaires, selon l'AFP.

Selon ces élus, la Deutsche Bank a été « une des seules banques à continuer à prêter de l'argent au groupe de M. Trump après la mise en faillite de plusieurs de ses casinos dans les années 90, aboutissant à des créances aujourd'hui évaluées à 330 millions de dollars », indique Le Point.

Les parlementaires désirent, à cet effet, obtenir les conclusions d'un audit interne effectué à cette époque par la Deutsche Bank sur les prêts accordés à Donald Trump visant à détecter d'éventuelles ramifications russes.

L'implication de la Deutsche Bank dans des opérations financières illégales associant des Russes a valu à l'institution financière allemande une amende de 630 millions de dollars en début d'année 2017.

« Il n'y a aucune transparence sur l'identité des acteurs et des bénéficiaires de cette opération (...) qui a permis l'évaporation de 10 milliards de dollars hors de Russie », soulignent les parlementaires américains, écrit l'AFP.

La Deutsche Bank n'a encore émis aucun commentaire sur le sujet.

Donald Trump, 45e président des États-Unis, qui se trouve cette semaine en Europe, afin notamment de participer au sommet de l'OTAN à Bruxelles et à la réunion du G7 en Sicile, est soupçonné d'avoir entravé le cours d'une enquête du FBI portant sur des liens présumés entre l'ex-conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, et la Russie. Une possible collusion entre des membres de son équipe de campagne et Moscou est aussi régulièrement évoquée par de nombreux médias.