weerapat/123RF Banque d'images

PLANÈTE FINANCE – Près d’une personne sur trois en Europe n’a pas d’économies, indique une étude menée par la banque néerlandaise ING, rapportée par le quotidien français Les Échos.


L'enquête, menée dans 15 pays européens, démontre que même l'Allemagne, pourtant réputée comme une nation d'épargnants, affiche un faible taux de 30 %, légèrement au-dessus de la moyenne européenne (28 %).

C'est au Luxembourg, où seulement 12 % de personnes sont sans économies, que la population engrange le plus d'argent. La France compte pour sa part 23 % de non-épargnants, alors que la Roumanie (42 %) vient au dernier rang.

Toutefois, la situation s'améliore. Le taux d'Européens ne disposant pas d'épargne s'élevait à 35 % en moyenne en 2015. « Mais beaucoup de personnes restent financièrement fragiles », constate le rapport d'ING.

La situation est d'autant plus préoccupante que, parmi ceux qui réussissent à mettre de l'argent en réserve, quatre personnes sur dix peuvent compter sur l'équivalent de trois mois de salaire seulement. Or, il s'agit de la somme minimum recommandée par les spécialistes financiers pour assurer une certaine sécurité financière.

« Ces faibles épargnants peuvent ne pas être pauvres, mais ils sont financièrement fragiles. Ils peuvent ne pas être en mesure de gérer les dépenses inattendues, telles les réparations, sans endettement ni forte réduction budgétaire », s'inquiète l'étude.

Sans compter que bon nombre des personnes concernées ne mesurent pas l'ampleur de la situation. Ainsi, 19 % des personnes sondées ne connaissent pas le taux d'intérêt et 27 % ne savent pas combien ils paient pour leurs dettes. Une personne sur dix est même incapable de dire le montant de sa dette, constate l'étude.